Le Président de la République, le Général Michel Aoun recevant une délégation du Syndicat de la Presse. Crédit Photo: Dalati & Nohra.
Le Président de la République, le Général Michel Aoun recevant une délégation du Syndicat de la Presse. Crédit Photo: Dalati & Nohra.

Le Président de la République, le Général Michel Aoun a réitéré son refus de voir le dossier du retour des réfugiés syriens présents au Liban être lié à une solution politique en Syrie, en raison de l’expérience libanaise en la matière avec les réfugiés palestiniens.

Nous refusons d’attendre une solution politique au retour des déplacés, et notre expérience avec la cause palestinienne à cet égard n’est pas encourageante.
Le Président Michel Aoun

Le chef de l’Etat faisait allusion à la présence palestinienne depuis 1948 au Liban. Ces derniers ont déstabilisé le Liban en 1975, provoquant la guerre civile qui a duré 15 années.

Je suis surpris par les positions de quelques grandes puissances qui ne font aucun effort pour renvoyer les déplacés et veulent nous empêcher de travailler pour atteindre ce retour
Le Président Michel Aoun

Le Président Aoun s’est également déclaré surpris par les positions sur ce volet de certains pays sans les nommer.

Ces propos, publiés sur le compte Twitter du Président de la République interviennent alors qu’une polémique s’est engagée au Liban entre partis dits pro syriens et partis dits anti syriens, suite à la visite du Ministre en charge du dossier Saleh Gharib à Damas ce lundi

Ce dernier avait été invité par des responsables syriens, pour évoquer le retour de leurs ressortissants en Syrie. Il s’agissait notamment d’obtenir des assurances quant à leur sécurité.

Cependant, le Ministre, proche du député Talal Arslan, avait été fait l’objet de vives critiques du Premier Ministre Saad Hariri – qui y voit une tentative de normalisation entre les 2 pays – lors d’une réunion entre les 2 hommes.

Pour rappel, le nombre de réfugiés syriens est estimé en dessous d’un million selon les organisations internationales à 1.5 millions pour les autorités libanaises. Ces derniers sont accusés de fournir une main d’oeuvre sous-qualifiée à bas coût remplaçant la main d’oeuvre locale alors que le Liban connaitrait un taux de chômage de plus de 40% de sa population active. Les infrastructures libanaises sont également très impactées par une telle pression démographique. Ainsi, de nombreux cours d’eaux sont pollués. Le Ministre précédent de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, César Abi Khalil, avait indiqué que la population libanaise serait privée de 3 heures d’électricité quotidiennement en raison de la consommation induite par cette présence.

Le nombre de réfugiés palestiniens présents au Liban fait également l’objet d’une polémique sur ses chiffres: Pour les autorités libanaises, d’après le dernier recensement, en 1992, il y en a 317.376 réfugiés palestiniens présents sur son territoires. D’après les statistiques de l’UNWRA de 1995, il y aurait 370,000 réfugiés palestiniens au Liban. Cependant, le Comité du dialogue Libano-Palestinien avait révélé en février 2017 que 174 422 réfugiés palestiniens se trouveraient actuellement au Pays des Cèdres.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.