Riad Salameh, governor of Lebanon's central bank, speaks to the Financial Times in his office in Beirut, Lebanon, on October 30, 2017. [Sam Tarling for the Financial Times]

En prenant la décision de lever les subventions sur le carburant, le président de la Banque du Liban s’est arrogé de fait la fonction de Premier Ministre avec pour objectif de mettre en œuvre les réformes traditionnelles imposées par le FMI, à commencer par la levée des subventions sur les produits de première nécessité. Après le carburant, quelle cible au prochain tour ?

Il serait étonnant que Riad Salamé ait fait cavalier seul. L’homme en phase et bien protégé – jusqu’a quand ? – des Institutions financières internationales, des gouvernements occidentaux comme de forces diverses et variées au sein même de la société libanaise sait parfaitement que la classe politique libanaise sera non seulement incapable mais n’aura aucune volonté de s’opposer à son dictat, sinon offrir au public des gesticulations de vierge effarouchée.

Drapé derrière la fonte (organisée ?) des réserves de la Banque du Liban, il peut ainsi facilement justifier la levée des subventions, à moins que les riches citoyens libanais ne paient enfin des impôts à la hauteur de leurs revenus, et que les capitaux ayant opportunément “quitté” le Liban ces années de crise durant ne soient récupérées par les autorités légales, et j’en passe…

Soit c’est le petit peuple et les classes moyennes qui vont devoir payer la note comme le préconisent le FMI et autres tenants de la révolution néo libérale, soit ce sont les hauts et très hauts revenus, les pratiquants des fraudes fiscales et autres trafiquants de haut vol qui doivent vider une partie appréciable de leurs comptes, voire se voir dessaisis de leur patrimoine.

Dès lors, on peut clairement se poser la question de savoir quelles parties des classes dirigeantes sont prêtes à s’opposer effectivement au coup d’État du président de la Banque du Liban et enrayer la dynamique infernale et aventureuse enclenchée ?

Par Scandre Hachem

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն