Moins d'une minute de lecture

Le président du comité parlementaire en charge de la santé, le député Assem Araji, a noté l’absence de coopération entre les différents ministères incapables de donner une réponse coordonnées face à l’épidémie du coronavirus COVID-19 qui touche actuellement le Liban.

Pire encore, le député estime que le pays des cèdres a perdu le contrôle total face a la pandémie et qu’une nouvelle période de confinement n’est pas à l’ordre du jour, notamment en raison des circonstances économiques que traverse actuellement le pays des cèdres. Cependant, une période de confinement reste comme une option alors que le nombre de personnes contaminées devrait augmenter ces prochains jours.

Pour l’heure, les autorités libanaises envisagent plutôt à augmenter les mesures de contrôle face a la pandémie est à mettre en place des mesures de sécurité standard.

Il a également estimé que le ministre sortant de la santé Hamad Hassan et lui-même ont suggéré la mise en place d’un nouveau confinement en raison de la négligence des citoyens. Cependant, le ministre se serait montré pessimiste concernant la capacité des autorités locales à convaincre les gens.

Cette information intervient alors que de nombreux organismes économiques ont également dénoncé le projet de mettre en place une nouvelle période de confinement, estimant que de nombreuses institutions feraient alors faillite.

Sans contrôle, la pandémie pourrait faire plusieurs dizaines de milliers de morts, avant qu’une possible immunité de masse ne puisse apparaître au sein de la population, un concept que beaucoup d’experts mettent en doute, notant que l’immunité après guérison face au virus n’est estimé que couvrant une période de deux mois.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.