5 minutes à lire

S’exprimant à l’ouverture de la conférence de Paris, en réalité vidéoconférence en raison des circonstances induites par le coronavirus, le Président de la République Française a appelé à ce que la violence et le chaos ne puissent pas faire sombrer le Liban. Pour rappel, cette conférence, initiative lancée le 5 août 2020, par la France durant le déplacement d’Emmanuel Macron, le lendemain de l’explosion du Port de Beyrouth.

Le Président Français a remercié ses homologues réunis nombreux en un temps record. Il a rappelé avoir été présent à Beyrouth “pour voir de mes yeux les conséquences de la tragédie”. Il a salué les dirigeants qui se sont rendus sur place.

Il a ainsi souligné à plusieurs reprises le mot de peuple libanais et non de dirigeants.

Sont présents 15 chefs d’état, Premiers Ministres et Ministres dont le Président des Etats-Unis Donald Trump.

Israël a souhaité porter une aide, note Emmanuel Macron, en dépit d’un état de guerre technique entre les 2 pays depuis 1948, même “si les conditions géopolitiques rendent les choses difficiles,” souligne Emmanuel Macron. Il s’agit cependant “d’une conférence d’unité qu’il s’agit d’organiser en dépit des divergences de vue.

“Tout le monde doit venir en soutien au Pays qui est le Liban et à son peuple”.

Beyrouth était déjà éprouvée, elle est touchée en plein coeur avec un peuple fort et souverain qui pleure ses morts, exprime sa colère et veut relever sa tête

Il a souligné le soutien aux proches des victimes et ceux qui font face. Il s’agit d’être aux côtés de Beyrouth et du peuple libanais.

Il a rappelé la présence en personne du Président des Etats-Unis à cette conférence virtuelle, en dépit du décalage horaire.

Les Nations-Unies ont établi les besoins du Peuple Libanais

Selon les Nations Unies:

  • Plusieurs hôpitaux ont été touchés, il s’agit de répondre de manière immédiate aux besoins matériels et médicaments.
  • L’alimentation: les réserves, il s’agit d’assurer la sécurité alimentaire
  • De nombreuses écoles ont été détruites et de nombreux enfants ont été affectés par la catastrophe. Il s’agit de les prendre en charge avec leurs familles et de leurs permettre de retrouver rapidement le chemin de l’école.
  • Le logement: des centaines de milliers de personnes sont aujourd’hui à la rue, plus de 300 000. Il s’agit de leurs assurer une aide d’urgence

Il a également rappelé que le Liban reste impacté par la guerre civile syrienne et héberge une communauté importante de réfugiés syriens.

L’objectif est de mettre en commun les moyens et pour coordonner l’action sur le terrain pour répondre aux besoins de Beyrouth, ces prochaines semaines.

La France, précise Emmanuel Macron, a déjà organisé 8 rotations aériennes et 2 bateaux partis, et un autre qui devrait prochainement partir.

Il s’agit désormais de coordonner l’aide matérielle sur le terrain pour qu’elle aille le plus efficacement à la population.

Cette offre de soutien inclut une proposition d’une enquête internationale, crédible indépendante en soutien aux demandes légitimes du peuple libanais, souligne Emmanuel Macron.

Les moyens sont disponibles, remerciant d’avance les pays qui répondront aux demandes des autorités libanaises.

Un message clair de soutien au Liban

“Nous sommes là tous ensembles pour faire face aux conséquences de la tragédie”, note Emmanuel Macron.

Cette aide n’est pas la fin de l’histoire, elle implique l’organisation d’un monitoring très étroit des Nations Unis et du Fonds Monétaire International (FMI).

Il s’agit de rendre cette aide accessible le plus vite possible aux acteurs non gouvernementaux et à la société civile.

Emmanuel Macron a souligné que le Liban est cependant en crise déjà avant l’explosion du 4 août.

“Le temps de l’action est venu. Les autorités libanaises doivent mettre en oeuvre les réformes politiques et économiques demandées par les Libanais et qui seules permettront à la communauté internationale d’agir efficacement pour aider à la reconstruction”.

Le Président Aoun le sait, souligne Emmanuel Macron avant d’énumérer les choses attendues comme les réformes du secteur public et de l’électricité, la lutte contre la corruption, l’audit du secteur financier et de la banque centrale.

Il appartient aux autorités d’agir pour que le Pays ne sombre pas et répondent aux aspirations que le peuple libanais exprime légitimement dans les rues de Beyrouth

Emmanuel Macron appelle à ce que “ni la violence, ni le chaos ne puissent l’emporter”. Ceux qui y ont intérêt sont les puissances qui pourraient mettre à mal la paix et la stabilité du Liban et de toute la région.

“C’est bien l’avenir du Liban et du peuple libanais et de toute la région qui se joue”, conclut-il.

Pour l’heure, le ministère de la santé indique que 158 personnes sont décédées, plus de 60 personnes toujours portées disparues et plus de 6 000 personnes ont été blessées selon un bilan toujours provisoire dans l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et une grande partie de la capitale libanaise.

La piste d’une explosion accidentelle de 2750 tonnes de nitrates d’ammonium saisis en 2014 à bord d’un navire poubelle, le Rhosus battant pavillon moldave, est pour le moment privilégiée par les autorités libanaises. Cette explosion équivaudrait à celle de 600 tonnes de TNT ou encore à un tremblement de terre de 3.3 sur l’échelle de Richter.
Elle aurait ainsi causé un cratère de 210 mètres de long sur 43 mètres de profondeur, indique le dimanche 9 août une source sécuritaire citant les propos d’experts français présents sur place.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français