Président honoraire du conseil d’administration de Bank Audi, Raymond Audi est décédé ce vendredi 15 juillet. Jusqu’en 2017 et la nomination de Samir Hanna à ce poste, il était le président du conseil d’administration de Bank Audi dont il était également l’un des actionnaires.

Il avait créé Bank Audi avec son père Wadih et ses frères Georges et Jean en 1962. En 1974, il développe la première banque d’investissement au Liban. Il a même dirigé l’Association des banques au Liban de 1993 à 1994, période durant laquelle Riad Salamé a été nommé gouverneur de la Banque du Liban.

En 2008, après l’accord de Doha, il est nommé ministre des Déplacés dans le gouvernement de Fouad Siniora. Il conservera son poste jusqu’aux élections législatives de 2009.

Il a fondé le célèbre musée du savon de Saïda, le Faqra Club

Il a développé sa banque grâce à son partenariat avec le koweitien Hajj Hamad al-Houmaïdi. Bank Audi s’étendra alors en Suisse (1975), en France (1979), en Jordanie (2004), en Syrie (2005), en Égypte, au Soudan et en Arabie saoudite (2006), ainsi qu’au Qatar (2007).

Si sa fille Shérine est, depuis 2010, la directrice générale de Bank Audi France, la famille n’est que le 4ème plus grand actionnaire de Bank Audi avec 5,01% des parts. Bank Audi possédait un total d’actifs de 47,22 milliards de dollars fin 2018 et 31,966 milliards de dollars de dépôts. C’est la plus grande banque du pays et est donc la cible des déposants qui reprochent aux banques leurs choix et les restrictions qui s’appliquent.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.