Riad Salamé: La Banque du Liban poursuivra son soutien à la Livre Libanaise

4 minutes à lire

S’exprimant lors d’une conférence télévisuelle, le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé a indiqué que l’institution poursuivra sa politique de soutien à la livre libanaise.

Estimant qu’il y a toujours eu une différence entre parité chez les agent de change et officielle entre livre libanais et dollars, il a mis sur le compte d’une augmentation de la demande en billet vert depuis juin, l’augmentation des taux de change chez les agents de change.

Riad Salamé a également rappelé que la livre libanaise reste la monnaie officielle du Liban.

Pour rappel, la semaine dernière, les taux de change chez les changeurs ont atteint jusqu’à 1650 LL pour un dollar, en raison d’une pénurie en billet contre en moyenne, 1550 LL pour un dollar cette semaine suite à la publication de la circulaire 530 par la Banque du Liban. Celle-ci autorise les importateurs d’essence, de blé et de médicaments à obtenir des lettres de crédit en dollars auprès de leurs banques, garantie par la Banque du Liban. Ce mécanisme ne concerne cependant pas les autres secteurs économiques qui ont également de devises étrangères pour la conduite de leurs affaires, le Liban étant principalement un pays importateur.

La question des changes entre livre et dollar est un sujet sensible, en raison de la baisse de 15% des réserves monétaires depuis le début de l’année en raison de la crise politique et économique qui frappe durement le Liban.

Figurant parmi les principaux indicateurs pour l’obtention de prêts par les pays et organisations donateurs de CEDRE mais également pour les agences de notations dont 2 des principales agences mondiales, Moody’s et Fitch ont dégradé les notes de émissions obligataires, la Banque du Liban tente actuellement de reconstituer ses réserves qui ont augmenté de seulement 1.4 milliards de dollars depuis le mois dernier en essayant notamment d’attirer les fonds qui ont été placés à l’étranger en raison de la crise notamment politique qui a suivi les élections législatives de mai 2018 et la difficulté à former un nouveau gouvernement durant les 9 mois qui ont suivi.

De l’aveu même du Ministère des Finances, Moody’s a d’ailleurs rappelé qu’elle pourrait à nouveau dégrader la note des obligations libanaises faute de progrès conséquent concernant la gestion de la dette publique et de réformes plus importantes de l’administration publique prévue dans le cadre du budget 2020.

Pour sa part, Fitch a également prévu une nouvelle baisse des réserves monétaires, estimées à 38 milliards de dollars de réserves brutes à seulement 19 milliards de dollars de réserves utilisables, en raison de l’arrivée à échéance d’obligations libanaises dès novembre pour la somme de 1.5 milliards de dollars et au paiement des services de la dette publique pour 500 millions de dollars. Par ailleurs, le ministère des finances devrait également rembourser 1.15 milliards de dollars à la BDL, celle-ci ayant remboursé pour le compte des autorités, les échéances ayant arrivé à maturité en mai dernier.

Face à ces échéances, le ministère des finances a indiqué vouloir émettre de nouvelles obligations à des taux probables proches du marché soit 12%, bien au-delà des obligations arrivant à échéance dont les taux atteignaient 6% à 7% et cela pour la somme de 2 milliards de dollars. L’opération a été confirmée et confiée à la SGBL et à BLOM Bank.

Cette nouvelle hausse des taux pourrait aggraver la situation du déficit public, accuse le Fond Monétaire International qui a prévu qu’il pourrait atteindre 180% du PIB en 2013 contre 150% aujourd’hui en raison du refus des autorités à restructurer la dette publique.

Toujours avec cet objetifc, l’institution, accusent certains responsables économiques dont l’ancien ministre de l’économie Raed Khoury, aurait également acheté des dollars sur le marché local, augmentant ainsi la demande et asséchant la disponibilité de cette devise.

D’autres experts indiquent que la parité entre LL et dollar n’est pas le bon indicateur économique à suivre, préférant observer le spreads entre Livre et dollar qui n’a jamais été aussi élevé que cette année.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.