Né le 20 Aout 1956, Elias El Zayeck avait 2 frères Joseph et Georges.
Au début des années 70 il devint membre de l’organisation des étudiants Kataëb. Avec ses amis il organisa plusieurs manifestations pour appuyer l’armée libanaise contre les mouvements armées palestiniens.
Quand la guerre éclata le 13 Avril 1975, Elias poursuivait des études dentaires à l’université.

Il  porta les armes pour défendre son quartier et devint militant dans les commandos (B.G) de la milice Kataëb. Avec ses camarades Fadi Frem, Fouad Abou Nader, Joe Edde, Massoud Achkar, Joseph Zayek, Ibrahim Haddad, Antoine Bridi, Nazar Najarian, Jocelyne Khoueiri…avec aussi les martyrs Elie Hobeika, Amin Assouad, Sleiman Sawaya…ils livrèrent bataille partout au Liban pour défendre son indépendance et préserver notre dignité.
Blessé à la jambe le 1er mai 1976, durant la bataille du centre-ville de Beyrouth, Elias refusa de quitter le champ des opérations avant la fin des affrontements.

Très proche du président martyr Bachir Gemayel et avec ces camarades, ils formèrent les “Forces Libanaises ”en regroupant toutes les milices des régions libres: Kataëb, Ahrar (Parti National Libéral), Tanzim, Gardiens des Cèdres…

En 1983, au cours de la bataille de la montagne, contre les milices du parti progressiste et pro-palestiniennes, et suite a la blessure de Fouad Abou Nader, alors que Samir Geagea s’était retiré du front sans en avertir les villageois, Elias, sur ces béquilles (suite a une opération en raison d’une ancienne blessure) et porté par ces camarades, fit son possible pour retarder les milices progressistes.

A partir de 1985 les luttes intestines ébranlèrent les Forces Libanaises. Durant la première révolte contre le commandant en chef des Forces Libanaises, Fouad Abou Nader, Elias déposa les armes et refusa de les porter contre des compagnons de la résistance.
Septembre 1988: A la fin du mandat du président Amine El Gemayel, le Général Michel Aoun, devint premier ministre.

Mars 1989: Déclenchement des hostilités entre l’Armée Libanaise et l’armée d’occupation syrienne
Les anciens responsables des Forces Libanaise rallièrent à la cause défendue par l’armée libanaise. L’armée dut se battre sur 2 fronts contre l’occupant syrien et contre les bandes armées de Samir Geagea.

19 janvier 1990: En sortant du laboratoire Ghourra à Sioufi, où il s’était rendu pour retirer les examens de sa femme, Elias fut froidement assassiné par une balle dans le dos par les bandes armées qui faisaient la loi dans une région à l’époque contrôlées par Geagea.

13 octobre 1990 : l’accord de Taef appuyé par Geagea, ouvra la voie à l’invasion des régions libres.
Samir Geagea fut emprisonné et condamné pour beaucoup d’assassinats. Il fut notamment condamné à mort pour le meurtre d’Elias El Zayek.

Plus tard, Samir Geagea fut libéré contre la mise en liberté d’une dizaines d’islamistes dangereux qui avaient exécuté des soldats de l’Armée Libanaise à Dinniyeh au Nord Liban.

Elias, tu vis toujours dans nos cœurs, tu es l’héros qui a sauvegarde notre dignité et celle des générations à venir.
Une messe sera célébrée pour le repos de l’âme de notre camarade Elias El Zayeck, ce jeudi 19 janvier 2012 en l’église Mar Mikhayel el-Nahr.

Un ancien camarade

Libnanews publie les tribunes libres qui lui parviennent. Pour rappel, Ce mode de publication permet à une personne qui n’appartient pas à l’équipe de rédaction d’exprimer publiquement ses idées. Il s’agit d’un article d’opinion, de commentaire ou de réactions qui permet, dans la mesure du respect des autres et du bon sens, d’aborder des thèmes très divers, auxquels Libnanews ne peut être tenu responsable.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

4 COMMENTAIRES

  1. Nous ne pouvons qu’avoir bcp  d
    estime pour  « L’ancien Camarade”
    qui a poste cette note  Mais  …… “En 1983, au cours de la
    bataille de la montagne, contre les milices du parti progressiste et
    pro-palestiniennes, et suite a la blessure de Fouad Abou Nader, alors que Samir
    Geagea s’était retiré du front sans en avertir les villageois” ???????

    Petit rappel a l’ ancien camarade ;ABOU-NADER et ZAYECK était sur un
    autre front (CHOUF) alors que GEAGEA était sur le front de BHAMDOUN et se n’etait
     pas lui qui commandait la bataille
    de la montagne et s’est  retire avec des centaines d autres camarades après
    une invasion de blindes syriens et rejoint le village de Deir El Kamar après
    avoir traverse 36 villages 

     

    • Cher Peter le texte que tu vas lire ci dessous a ete ecrit par La resistante Jocelyne Khoueri qui avait rejoint les troupes en tant que secouriste,ceci pour ne pas donner mon temoignage(j’etais sur le front de souk el gharb) qui est identique a celui de Jocelyne:”Fouad Abounader mene une attaque afin de rejoindre Samir Geagea,en faction au milieu de la region d’Aley.de son cote Samir a deja pris la route du Chouf.Fouad a besoin de quelques heures pour effectuer la jonction.il faut que Samirrefasse ses lignes de defense, ne se retire que de 2 ou 3 villages.Fouad est blesse a l’epaule,gravement.il continue d’avancer,poursuivant sa progression.dans la radio il previent:tenez bon,j’arrive,surtout restez la ou vs etes.Les jeunes gens d’Adonis-sous le commandement d’Elias Zayek,a qui Fouad a laisse la place-ne sont plus qu’a quelques kilometres de Samir.Mais il est trop tard,Samir a ferme son VHF et s’est replie sur Deir el kamar laissant derriere lui 66 villages en proie au pire massacre”
      et j’ajoute bque sur tous les autres fronts les F.L.ont reussi d’importantes percees.amicalement.Leo Tahan

Les commentaires sont fermés