L’espoir de voir un gouvernement être formé d’ici 48 heures renait suite à des pressions américaines et françaises, indique le quotidien anglophone local The DailyStar.

Ces pressions auraient été exercées notamment ce weekend, alors que l’ambassadrice des Etats-Unis Dorothy Shea s’est rendue auprès du président de la république, le général Michel Aoun et le premier ministre désigné Najib Mikati. Pour sa part, Paris est revenue sur le dossier libanais et se serait déclaré en faveur d’un cabinet de 24 membres, accordant 8 ministres à chaque parti, contrecarrant la proposition d’un gouvernement de 14 membres qui circulait la semaine dernière.

Ce regain d’optimisme circule également parmi les responsables des partis politiques avec les propos tenus par le dirigeant du Courant Patriotique Libre Gébran Bassil ou certains de ses proches qui évoquaient la mise en place d’ici 48 heures d’une telle équipe, alors qu’un entretien téléphonique aurait eu lieu entre le président iranien Ebrahim Raisi et son homologue français Emmanuel Macron. Ebrahim Raisi se serait également prononcé en faveur d’un gouvernement libanais fort, capable de faire face aux sanctions économiques américaines et a appelé Paris à jouer un rôle dans la levée de celles-ci. L’Iran est prête à assister le Liban dans le cadre d’une aide humanitaire et s’est déclaré en faveur d’une coopération avec la France sur ce dossier.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.