Le secrétaire général de la CGTL Béchara Asmar et la fédération des travailleurs indépendants et des institutions publiques et privées ont appelé à la grève face à la détérioration continue des conditions sociales et économiques actuelles. Ils exigent ainsi une hausse des salaires pour répondre à la perte de valeur de la livre libanaise.

Béchara Asmar a ainsi appelé à la formation immédiate d’une nouveau gouvernement pour mettre en place les mesures nécessaires face à l’effondrement du secteur public et assurer la pérennité des institutions et face aux pénuries notamment de carburants.

Il a ainsi exigé la hausse du salaire minimum, un ajustement des autres salaires et des indemnités de transports avant de s’en prendre aux établissements bancaires accusées de ne pas permettre le retrait des salaires notamment dans le domaine médical.

Le syndicaliste a également dénoncé la levée des subventions sans alternative estimant que les indemnités doivent être recalculées selon le taux de change actuel.

Pour sa part, le représentant des instituions privées et publiques, Charbel Saleh a dénoncé les quotas au sein des institutions publiques qui ont mené à la situation actuelle, rejetant par ailleurs l’idée d’une privatisation des entreprises publiques comme l’EDL. Enfin, il a exigé la hausse des indemnités de fin de service.

Les 2 hommes ont ainsi indiqué qu’une réunion d’évaluation se tiendra le lundi prochain, le 30 août 2021 pour mettre en place une grève générale d’une semaine.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն