Moins d'une minute de lecture

La Sécurité de l’Etat aurait procédé à l’arrestation de 3 agents de change ce matin, rue Riad El Solh à Saïda au Sud du Liban. Ces derniers sont accusés de ne pas avoir respecté la circulaire publiée par la Banque du Liban qui impose la vente de devises étrangères à un plafond supérieur de 30% par rapport à la parité officielle de 1 507.5 LL/USD, soit au maximum à 1960 LL/USD.

Cette information intervient alors que le taux de change officiel reste toujours fixé à 1 507.5 LL/USD et que les banques libanaises ont du fermer rideaux suite à l’épidémie de coronavirus COVID-19. Pour l’heure, seules des livres libanaises peuvent être généralement retirées à des guichets automatiques en attendant la levée des restrictions adoptées la semaine dernière par les autorités libanaises.

Pour rappel, également, depuis novembre 2019, l’association des banques du Liban (ABL) avait institué un contrôle des capitaux, limitant à 300 USD par semaine puis 300 USD toutes les 2 semaines, la somme maximale en devises pouvant être retirées. Cette mesure avait également contribué à l’effondrement de la parité officieuse de la Livre face au Dollar, rendu introuvable sur le marché officiel.

La Banque du Liban a essayé à plusieurs reprises d’imposer la parité officielle aux agents de change dont une grande partie préfère pour l’heure ne plus vendre de dollars à leurs clients

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.