2 minutes à lire

Le Président de la Chambre Nabih Berri a estimé que le Liban courrait le risque d’une faillite économique et financière, pour reprendre ses mots, en cas de retard pris dans la formation d’un nouveau gouvernement, indique le quotidien arabophone al-Joumhouria ce samedi. Il faisait allusion à la crise économique sans précédente au Liban

Nabih Berri, par ailleurs, président du mouvement Amal, membre de la coalition qui a nommé le nouveau Premier Ministre Hassan Diab, a ainsi estimé que les principaux efforts doivent désormais se concentrer sur la formation d’un gouvernement dit de sauvetage pour sauver le Liban de la crise économique et financière qu’il décrit comme étouffante.

Dans le cas contraire, “nous nous dirigeons inévitablement vers la faillite économique et financière si nous n’accélérons pas la formation d’un gouvernement pour prendre les mesures et les réformes (économiques) nécessaires”, note-t-il.

Pour rappel, Hassan Diab a été nommé Premier Ministre, ce jeudi par le Président de la République, le Général Michel Aoun, succédant ainsi à Saad Hariri, démissionnaire depuis le 29 octobre 2019. Il devrait débuter les consultations parlementaires dès ce samedi pour former son prochain cabinet. Selon lui, son premier gouvernement pourrait être annoncé dans un délai maximum de 6 semaines.

Pour rappel, d’importantes manifestations ont lieu au Liban depuis la nuit du 17 octobre au 18 octobre 2019, en raison de la crise économique mais également en dénonciation d’une classe politique qualifiée de corrompue et d’avoir mené le Pays des Cèdres à la quasi-faillite économique.

Ainsi, alors que la croissance économique est en berne, que le taux d’endettement public atteint désormais 154% du PIB, que le déficit budgétaire 2019 est actuellement estimé à 11.9%, la population libanaise est également très impactée par la crise, avec un taux de chômage estimé de 30% à 40% de la population active, 50% de la population risquant de se retrouver vivant en dessous du seuil de pauvreté d’ici 2020 contre 30% actuellement selon un rapport de la Banque Mondiale.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

3 COMMENTAIRES

  1. La situation est moisie et pourrie depuis longtemps ! Comme le Président du parlement est aux manettes depuis bien longtemps et depuis que le PDG de la BDL est le même ,aussi , depuis très longtemps , il n’y a pas de mystères , la faillite du pays est garantie et assurée par ses dirigeants honnêtes et intègres .
    Nous ne devons pas nous inquiéter pour l’avenir du pays ,car la relève est assurée par les groupes para-militaires du Président du parlement et ses sbires à sa botte .
    Non le Liban n’est pas un pays féodal , c’est le pays de la liberté d’expression , de choix de ses élus et de son indépendance de toute influence extérieure .
    Joyeux Noël à vous tous .

  2. Il s’ inquiète maintenant ce voleur? qu il rende l argent détourné et qu il arrête de voler, des gens honnêtes s occuperont de la situation économique

  3. Pour commencer, que ce voleur rende l argent qu il a détourné depuis 30 ans. Maintenant qu ils ont trouvé un connard qui est à leur botte ils agitent le chiffon rouge.

Comments are closed.