Moins d'une minute de lecture

Les autorités judiciaires ont ordonné la saisie et le transfert de plus de 4 tonnes de matériaux dangereux de la centrale électrique de Zouk Mosbeh. Pour l’heure, on ignore en quoi consistait ce matériel qui a été transféré vers un lieu non identifié pour y être détruit.

Cette information intervient 3 jours après que le député Chamel Roukoz ait dénoncé cette présence.

Selon le député qui s’exprimait sur les ondes de la Voix du Liban, cette explosion pourrait être encore plus importante que celle du port de Beyrouth. “Je ne suis pas un expert en la matière, mais j’informe le ministère de l’énergie et le gouvernement libanais pour éviter un désastre”.

Pour sa part, l’Electricité du Liban avait démenti cette information indiquant que le système qui utilisait de l’hydrogène a été récemment remplacé en dépit des difficultés financières de l’entreprise. Ce système était en place depuis 1983 et alimentait des laboratoires en hydrogène qu’il générait sans le stocker, précise le communiqué. L’EDL estime donc qu’il ne constituait pas un danger pour cette raison.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français