Vue de Beyrouth, depuis le littoral. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.
Vue de Beyrouth, depuis le littoral. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Les sommes accordées par les banques libanaises en vue de faciliter les importations de biens et de marchandises se sont effondrées au cours du 4ème semestre 2019, indique la Banque du Liban (BDL).

Ainsi, le montant des lettres de crédit n’a atteint que 735.6 millions de dollars contre 1.7 milliards de dollars un semestre plus tôt et 1.67 milliards de dollars sur la période correspondante de 2018, une baisse de plus de 50%

En cause principalement, le contrôle des capitaux imposés par les Banques Libanaises suite à la pénurie du dollar qui a débuté dès le mois de juin avec les grèves des stations essence. Face à ce contrôle des capitaux, les importateurs de marchandises ont dû réduire leurs commandes.

Sur une période d’une année, 5.7 milliards de dollars ont été importés au Liban via des lettres de crédit contre 6.6 milliards en 2018, une baisse de 14.3% sur la période 2018-2019.

L’encours des crédits à l’importation s’élevait à 413,2 millions de dollars à la fin de 2019, contre 1 milliard de dollars un an plus tôt.

Ces chiffres confirment ceux déjà publiés par la Douane Libanaise qui faisait état de l’importation de seulement 19.2 milliards de dollars de marchandise contre 20 milliards de dollars en 2018, une baisse de 3.7% qui améliore cependant quelque peu la balance commerciale libanaise. Le déficit de dernière passe ainsi de 31% en 2018 à 29.2% en 2019.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Expert économique, François el Bacha est l'un des membres fondateurs de Libnanews.com. Il a notamment travaillé pour des projets multiples, allant du secteur bancaire aux problèmes socio-économiques et plus spécifiquement en terme de diversité au sein des entreprises.