L’élection présidentielle au Liban dont le premier tour a eu lieu le 23 avril 2014 afin de donner un successeur au président Michel Sleiman, dont le mandat de six ans a pris fin le 25 mai 2014 a été reportée de quinzaine en quinzaine et de mois en mois. Plus de quarante tentatives ont lieu par la suite, en raison de l’impossibilité répétée d’élire un président avec le quorum de députés nécessaires, c’est-à-dire 86 députés sur 128. Rien n’est fait pour la tenue de cette échéance si importante pour l’avenir du Liban. Ce report se fait dans l’attente de quoi ou de qui.

Les observateurs politiques en donnent des interprétations différentes les unes des autres. Pour certains d’entre eux, il faudrait attendre la tenue de l’élection présidentielle américaine. Pourquoi ? Pour une éventuelle entente entre Monsieur Poutine et le nouveau Président américain sur les questions en suspens concernant la politique mondiale. La guerre en Syrie fait partie de ces problèmes à résoudre. S’il y a entente entre Américains et Russes, il y aura de facto une entente entre Saoudiens et Iraniens et par ricochet entente entre Sunnites et Chiites au Liban et par conséquence la possibilité d’élire un Président de la République au Liban.

Au cas où Américains et Russes devaient s’entendre pour redessiner la carte du Moyen-Orient et se partager les zones d’influence en tenant compte des intérêts de leurs pays, il y aurait des États qui verraient leurs frontières actuelles changer de fond en comble. Ces Etats seraient divisés en mini Etats confessionnels ou ethniques. Parmi ces Etats figurerait la Syrie. Si la Syrie venait à se diviser, c’est tout le Moyen-Orient qui serait divisé et le Liban en premier. Dans le cas de la division du Liban, il n’y aurait plus besoin de tenir une élection présidentielle. Il faudrait attendre de voir la nouvelle structure géographique du pays, son nouveau système politique et sa nouvelle constitution.

Pour empêcher pareil scénario, il faudrait que nos dirigeants s’entendent et soient prêts à défendre coûte que coûte le Liban message, le Liban point de rencontre de deux civilisations différentes mais qui se complètent sur plusieurs points. Je parle de la civilisation musulmane et de la civilisation chrétienne. L’entente de ces deux civilisations au Liban résoudrait la mésentente entre l’Europe et le monde musulman. Cette entente fait la force du Liban. Il faudrait s’en servir pour garder intactes les frontières du pays. Pour ce faire, il faudrait tenir l’élection présidentielle au Liban sans attendre le bon vouloir de qui que ce soit ni les bouleversements qui pourraient se produire au Moyen-Orient. Pour qu’il y ait élection. Il faudrait qu’il y ait érection de nos dirigeants. Il faudrait qu’ils se dressent en devenant raides, durs, gonflés et obstinés. En seraient-ils capables ?

Samy Chaiban.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.