Les artistes français qui ont chanté leurs premiers succès au Liban lorsque ce dernier baignait dans sa belle époque, n’ont pas oublié de se déclarer solidaires de ce petit coin de paradis déchu lorsque les conflits l’ont abattu et ont accablé son peuple. Adamo, qui a démarré sa carrière internationale en chantant son succès planétaire « Tombe la neige » à l’Epi Club ou au Stéréo Club, rue de la Phénicie, n’a pas hésité, lorsque sont tombés les obus ravageurs sur le sol libanais, à dédier un album au pays des cèdres, où il commémore l’âge d’or de cette contrée, et avoue avoir la mémoire qui pleure, et qui saigne…

Né le 1er novembre 1943 en Sicile, Adamo quitte son pays natal à 4 ans avec sa famille pour s’installer en Belgique. Elève studieux et calme, il se tourne vers le chant et la musique. Il sort vainqueur d’un concours dans un radio crochet en 1959. Ses premiers 45 tours ne rencontrent pas le succès attendu, mais c’est avec « Tombe la neige », « Vous permettez, Monsieur », « Les filles du bord de mer », « Mes mains sur tes hanches » qu’il connait un grand triomphe. Il a donné des concerts sur la scène internationale, notamment au Japon où il est sacré jusqu’à ce jour chanteur romantique indétrônable, ainsi qu’à Beyrouth.

Cependant, après sa chanson mal comprise « Inchallah », il fut interdit à tort dans les pays arabes, tout comme Enrico Macias. En dépit de son discours pacifique, refusant de prendre parti pour un peuple ou pour un autre, Adamo décide de modifier « Inchallah » en 1978 et en 1993 pour la transformer en un message de paix concret ; il se rend alors en Tunisie en 2003 où il est fortement applaudi. Ces applaudissements et cet accueil tunisien ne change en rien le fait qu’il soit toujours interdit au Liban, le Liban auquel il a effectué un hommage poignant au cours de ses années de guerres avec « Les Collines de Rabiah » qu’il a lui-même écrit et composé :

J’ai la mémoire qui chante
Quand, dans Beyrouth, je me revois
La démarche insouciante
J’étais personne et j’étais roi

J’ai la mémoire qui danse
Sur les collines de Rabiah
Quand le soleil, en transparence
Dessinait mille magnolias, mille magnolias

Beyrouth alors était un rêve
J’en cueillais ma petite part
La paix ne s’appelait pas trêve
La guerre était pour bien plus tard

La mer dormait devant ma chambre
Et s’étirait comme un gros chat
Les jours coulaient leurs senteurs d’ambre
Baudelaire aurait pu vivre là

Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah
Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah

J’ai la mémoire qui pleure
Quand, sur l’écran, je te revois
En images qui écoeurent
Pauvre Liban, j’ai mal pour toi

J’ai la mémoire qui saigne
Du sang versé par tes enfants
Et tes soleils soudain s’éteignent
Et plus personne ne comprend,
personne ne comprend

Que l’on massacre l’innocence
Comme à Damour ou Chatila
Qu’on vienne d’Amérique ou de France
Mourir au nom de quel Allah

Que pour se partager tes ruines
Au plus sanglant, reste le mieux
Et c’est la paix qu’on assassine
Qu’on écartèle entre tes dieux

Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah
Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Article précédentLe mur sur la ligne de démarcation israélo-libanaise, un acte de guerre selon la représentante libanaise à l’ONU
Article suivantLe Milliardaire Walid Ben Talal libéré
Avatar
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais dont elle est actuellement présidente. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.