Le logo du journal Al Joumhouria
Moins d'une minute de lecture

Des experts militaires interviewés par journal Al Joumhouria évoquent une explosion induite par un bombardement aérien, alors que les autorités libanaises estiment que le stockage de 2750 tonnes d’ammonium depuis 2014 était à l’origine du drame.

Pour l’heure, le bilan fait état de plus d’une centaine de morts, de disparus et de 4000 victimes environ.

Selon le quotidien Arabophone, des avions israéliens survolaient la capitale libanaise au moment de l’incident. Ces experts notent que l’explosion n’est pas une explosion “de poudre” mais plutôt “une explosion rouge avec des étincelles qui proviennent d’explosifs”, en provenance de la tête d’un missile ou d’explosifs mis dans un missile.

Toujours selon le journal, un expert en produit chimique note que la fumée qui se dégageait ressemblait à une fumée d’acide nitrique comme celle d’explosifs militaires. Pour cet expert, une explosion d’une substance militaire serait ainsi à l’origine du drame.

Cette information intervient alors que la communauté internationale demande à ce que le Liban puisse mieux contrôler ses frontières maritimes et aériennes et qu’Israël accuse le Hezbollah d’avoir acheminé des armes et des munitions via la voie maritime et notamment via le port de Beyrouth.

Cette information intervient alors qu’Israël a démenti toute implication dans ce drame, offrant même son aide humanitaire via des canaux sécuritaires et internationaux.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français