Malgré les évidences flagrantes d’illégitimes représentants en fonction et de nombreux corrompus en liberté, des « politiques » persistent au respect méticuleux de leurs pourvoyeurs financiers et des convenances extra-nationales. Le quotidien de nombreux affairistes et politiciens, inutile ou néfaste pour la nation, traduit la démesure des manigances. Elles consistent à l’approche des élections municipales à acheter le plus de voix, à vendre des promesses encore plus musclées et à maintenir des pouvoirs personnalisés ou cloîtrés au service des accords tacites, des clans financiers et des coalitions exploitatrices.

Pour les dits « défenseurs » des féodalismes « politique » multiples et des équilibres artificiels entre différentes composantes, les approches consistent à faire ressortir les mêmes scénarios. Ceux qui mènent la dramaturgie du discours aux garanties verbales et annoncent le répétitif stérile des intentions émotionnelles. Ils jouent sur les scènes médiatiques. Elles cadrent forcément aux contextes voulus de quelques personnalités qui collent comme un gant à la « culture » des promesses accélérées avec des poches pleines. Elles assurent certes l’achat des voix mais aussi des choix non représentatifs, sans convictions. Leurs monologues continus cherchent aujourd’hui à discréditer tous azimuts des candidats jeunes, professionnels et structurés. Ils se concentrent à parler peu mais efficacement et à convaincre par des programmes élaborés en équipe selon des étapes et des délais. Les candidats des mouvements de la société civile confirment déjà un parcours neuf et bien différent. Il se caractérise par un langage clair et dynamique, la transparence de ses modes de financements, le souffle consacré au dialogue ouvert et la mise en place des moyens adaptés à la crise économique, pour concrétiser la complétion de lois essentielles, souvent contournées au profit d’habiles magouilleurs.

Les propositions de Beyrouth Madinati sont exposées pour répondre pragmatiquement aux urgences et aux besoins des gens dans les villes et les villages. Cependant, d’autres candidats bien connus du public s’affairent ou se disputent depuis des dizaines d’années, détournent leurs regards des appels du citoyen 360 jours durant et veulent confirmer la « bienveillance » malgré des comportements réduits aux médiocrités ou aux corruptions. Ceux là prétendent encore représenter le temps d’une réélection un citoyen noyé dans tant de poubelles et répondre rien que par des discours aux injustices et aux souffrances cumulées des libanais!

Non, Mesdames et Messieurs, seuls représentants de vos privilèges, vous confirmez le vide effarant d’actions utiles sur un fond d’incompétences flagrantes. Celles qui conduisent chaque jour et depuis des années, la majorité du peuple libanais, à subir des injustices et des misères au risque de futures maladies cancéreuses!!

Beyrouth Madinati et tout autre action collective nationale propre et qualifiée peuvent légitimement et largement initier, conduire et représenter le pragmatisme en tout temps au service de nos composantes et de la patrie. Ces premiers pas marquent l’avènement majeur, effectif et historique de l’incontournable citoyenneté libanaise!!

Par Joe Acoury

atelier-application-democratie

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.