L’agence de notation Moody’s a dégradé le 28 février 2020, les 3 banques libanaises listées. Ainsi, Bank Audi, BLOM et Byblos Bank voient leurs notes passées de Caa2 (soit Ultra spéculatif) à Caa3 (En défaut, avec quelques espoirs de recouvrement) pour ses placements à long terme en livre libanaise et de Caa3 à Ca, concernant les dépôts à long terme en devises étrangères.

Cette dégradation intervient alors que Moody’s a indiqué s’attendre à une restructuration de l’importante dette publique avec des pertes financières substantielles pour les créanciers, dont les banques libanaises

Les notes des banques reflètent la perte attendue pour les créanciers en raison de la forte exposition des banques au souverain libanais et de la détérioration des conditions financières et économiques dans le pays, qui menacent la durabilité de l’ancrage et peuvent entraîner de nouvelles pertes pour les banques, en particulier les dettes libellées en devises étrangères.

Cette annonce intervient alors que l’agence de notation avait déjà dégradé les notes attribuées aux Eurobonds Libanais, le 21 février 2020.

L’agence de notation justifie ainsi les notes qu’elle a attribué:

La perspective d’une contraction économique et financière de plus en plus grave compromet la viabilité de l’ancrage et indique qu’une restructuration de la dette publique à court terme, selon les estimations de Moody’s, entraînerait probablement des pertes pour les créanciers privés nationaux et externes de l’ordre de 35 à 65%.

Malgré la formation d’un gouvernement en janvier, chargé de préparer un plan de réforme économique et budgétaire, la profonde contraction économique du Liban devrait se poursuivre, tirée par la baisse des grands agrégats monétaires reflétant une forte accélération des sorties de dépôts au cours du dernier trimestre de 2019, malgré les contrôles de capitaux informels mis en place par les banques commerciales à partir de novembre. Fin décembre 2019, les dépôts bancaires avaient baissé de 15,7 milliards de dollars (soit près de 30% du PIB) par rapport à l’année précédente, dont 11,4 milliards de dollars au seul dernier trimestre. À son tour, la forte récession rend les chances que les politiques gouvernementales conduisent les probabilité d’un revirement efficace extrêmement éloignées.

Les sorties de dépôts ont contribué à la détérioration continue de la balance des paiements globale et des réserves de change (FX) de la Banque du Liban (BdL), qui sont tombées à moins de 30 milliards de dollars à la fin de 2019. Lors de la compensation des réserves de change contre les effets commerciaux, la position négative des actifs étrangers nets des banques et après avoir tiré parti des actifs étrangers nets de l’économie accumulés dans le passé en l’absence de nouvelles entrées nettes, Moody’s estime que seulement 5 à 10 milliards de dollars sont des réserves de change utilisables pour répondre aux futurs besoins de service de la dette en devises qui sont estimées à 4,7 milliards de dollars en 2020, suivi de plus de 4 milliards de dollars en 2021, y compris les échéances des euro-obligations. Les réserves de change seraient également nécessaires pour soutenir les importations clés.

La pénurie de liquidités en dollars américains qui en résulte pour les transactions commerciales quotidiennes contribue à la croissance rapide d’un marché des taux de change parallèle, entraînant une dépréciation d’environ 40% par rapport au taux de change officiel fixé. À son tour, le taux de change plus faible, qui s’applique à une gamme d’achats de consommateurs, alimente l’inflation et menace la stabilité du rattachement officiel de la Livre face au dollar.

Cette situation précaire n’est pas durable. Moody’s estime qu’une restructuration à court terme de la dette publique, qui représente actuellement environ 160% du PIB, est presque inévitable. De plus, dans cet environnement extrêmement fragile, notamment une fragilité accrue de la parité, la notation Ca reflète la probabilité que les créanciers privés subissent des pertes substantielles lors d’une éventuelle restructuration de la dette.

Les avoirs de la Banque centrale en titres publics impliquent que le Liban dispose d’options de gestion de la dette à court terme qui limiteraient les pertes supportées par le secteur privé en cas de défaillance. Bien qu’insuffisant pour rétablir la viabilité de la dette, Moody’s estime qu’une prolongation de l’échéance des titres de créance de BdL s’élevant à plus de 50% du PIB pourrait servir de véhicule de première perte.

Cependant, même de telles options impliquent des coûts économiques et financiers importants qui ont déjà aggravé le bilan de la BdL, ce qui pourrait à son tour augmenter l’étendue des pertes subies par les créanciers privés. Déjà, la BdL ne paie que 50% des intérêts gagnés sur les dépôts en dollars américains et sur les certificats de dépôt libellés en dollars américains en monnaie locale, et a demandé aux banques commerciales de faire de même avec leurs dépôts en dollars américains existants.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français