L’agence de notation Moody’s a, à nouveau, dégradé les notes attribuées aux émissions obligataires libanaises, qui passent ainsi de Caa2 à Ca, soit d’ultra spéculative à “En défaut, avec quelques espoirs de recouvrement” avec perspective stable.

Cette information intervient alors qu’une équipe du Fonds Monétaire International se trouve actuellement au Liban pour discuter des différentes possibilités face à la crise économique et au fort endettement public qui atteint 166% du PIB. Ainsi, les autorités libanaises et notamment le Ministre des Finances Ghazi Wazni, seraient enclins à annoncer un prochain défaut de paiement alors que le Pays des Cèdres fait face à l’arrivée à échéance d’une importante tranche pour un montant de 1.2 milliards de dollars, le 9 mars prochain.

Moody’s estime ainsi à seulement 5 à 10 milliards de dollars, les réserves de change utilisables pour la défense de la Livre Libanaise.

Lire le rapport (en anglais)

Selon le communiqué de l’agence de notation:

La notation Ca reflète l’attente de Moody’s selon laquelle les créanciers privés nationaux et extérieurs subiront probablement des pertes substantielles dans ce qui semble être une restructuration de la dette publique à court terme, mais inévitable, à la lumière de la détérioration rapide des conditions économiques et financières qui menacent de plus en plus la soutenabilité de la dette publique et l’ancrage des devises.

Les perspectives stables équilibrent l’hypothèse de Moody’s qui note que, jusqu’à présent, une restructuration de la dette pourrait se produire en coordination avec les créanciers et dans le cadre d’un programme d’ajustement économique convenu avec le FMI. Le FMI pourrait débloquer le financement extérieur, avec la possibilité que le financement extérieur ne soit pas disponible étant donné les gouvernements ultérieurs se sont montrés extrêmement faibles dans la mise en œuvre des politiques, entraînant des pertes plus importantes pour les investisseurs.

Moody’s a également revu à la baisse la note du programme libanais de premier rang à moyen terme (MTN) à (P) Ca de (P) Caa2, et confirmé l’autre note à court terme à (P) NP. La notation senior non garantie du programme MTN a également fait l’objet d’un réexamen en vue d’une dégradation.

Les plafonds à long terme des obligations et des dépôts en devises du Liban ont été abaissés à Ca de Caa1 et Caa3, respectivement. Les plafonds des obligations et des dépôts à long terme en monnaie locale ont été abaissés à Caa1 de B2. Les plafonds d’obligations et de dépôts à court terme en devises restent non préférentiels.

L’agence de notation justifie ainsi les notes qu’elle a attribué:

La perspective d’une contraction économique et financière de plus en plus grave compromet la viabilité de l’ancrage et indique qu’une restructuration de la dette publique à court terme, selon les estimations de Moody’s, entraînerait probablement des pertes pour les créanciers privés nationaux et externes de l’ordre de 35 à 65%.

Malgré la formation d’un gouvernement en janvier, chargé de préparer un plan de réforme économique et budgétaire, la profonde contraction économique du Liban devrait se poursuivre, tirée par la baisse des grands agrégats monétaires reflétant une forte accélération des sorties de dépôts au cours du dernier trimestre de 2019, malgré les contrôles de capitaux informels mis en place par les banques commerciales à partir de novembre. Fin décembre 2019, les dépôts bancaires avaient baissé de 15,7 milliards de dollars (soit près de 30% du PIB) par rapport à l’année précédente, dont 11,4 milliards de dollars au seul dernier trimestre. À son tour, la forte récession rend les chances que les politiques gouvernementales conduisent les probabilité d’un revirement efficace extrêmement éloignées.

Les sorties de dépôts ont contribué à la détérioration continue de la balance des paiements globale et des réserves de change (FX) de la Banque du Liban (BdL), qui sont tombées à moins de 30 milliards de dollars à la fin de 2019. Lors de la compensation des réserves de change contre les effets commerciaux, la position négative des actifs étrangers nets des banques et après avoir tiré parti des actifs étrangers nets de l’économie accumulés dans le passé en l’absence de nouvelles entrées nettes, Moody’s estime que seulement 5 à 10 milliards de dollars sont des réserves de change utilisables pour répondre aux futurs besoins de service de la dette en devises qui sont estimées à 4,7 milliards de dollars en 2020, suivi de plus de 4 milliards de dollars en 2021, y compris les échéances des euro-obligations. Les réserves de change seraient également nécessaires pour soutenir les importations clés.

La pénurie de liquidités en dollars américains qui en résulte pour les transactions commerciales quotidiennes contribue à la croissance rapide d’un marché des taux de change parallèle, entraînant une dépréciation d’environ 40% par rapport au taux de change officiel fixé. À son tour, le taux de change plus faible, qui s’applique à une gamme d’achats de consommateurs, alimente l’inflation et menace la stabilité du rattachement officiel de la Livre face au dollar.

Cette situation précaire n’est pas durable. Moody’s estime qu’une restructuration à court terme de la dette publique, qui représente actuellement environ 160% du PIB, est presque inévitable. De plus, dans cet environnement extrêmement fragile, notamment une fragilité accrue de la parité, la notation Ca reflète la probabilité que les créanciers privés subissent des pertes substantielles lors d’une éventuelle restructuration de la dette.

Les avoirs de la Banque centrale en titres publics impliquent que le Liban dispose d’options de gestion de la dette à court terme qui limiteraient les pertes supportées par le secteur privé en cas de défaillance. Bien qu’insuffisant pour rétablir la viabilité de la dette, Moody’s estime qu’une prolongation de l’échéance des titres de créance de BdL s’élevant à plus de 50% du PIB pourrait servir de véhicule de première perte.

Cependant, même de telles options impliquent des coûts économiques et financiers importants qui ont déjà aggravé le bilan de la BdL, ce qui pourrait à son tour augmenter l’étendue des pertes subies par les créanciers privés. Déjà, la BdL ne paie que 50% des intérêts gagnés sur les dépôts en dollars américains et sur les certificats de dépôt libellés en dollars américains en monnaie locale, et a demandé aux banques commerciales de faire de même avec leurs dépôts en dollars américains existants.

Cependant, l’agence maintient une perspective stable:

Les perspectives stables reflètent l’hypothèse de Moody’s selon laquelle une restructuration de la dette publique sera facilitée par le rôle de coordination du FMI entre les créanciers privés et officiels, les déposants et le secteur public libanais afin de maintenir le processus aussi ordonné que possible, d’assurer le partage de la charge et de minimiser le risque de litiges prolongés par des investisseurs minoritaires.

La demande du gouvernement d’une assistance technique du FMI pour élaborer un programme de réforme économique et budgétaire crédible augmente également la probabilité qu’une restructuration de la dette débloque une aide financière soit via des décaissements dans le cadre du paquet CEDRE et / ou éventuellement via un programme financé par le FMI.

Ces perspectives sont contrebalancées par le faible bilan du Liban en matière de mise en œuvre des politiques, qui pourrait réduire la volonté des créanciers de continuer à financer le gouvernement, contribuant à un cycle de pression accrue des liquidités exacerbant la récession économique, élargissant l’ampleur de l’ajustement politique nécessaire pour rétablir une certaine stabilité. Dans ce contexte, une rupture soudaine du taux de change arrimé multiplierait le fardeau de la dette publique en devises et accroîtrait encore la pression sur les flux de capitaux, rendant la réalisation de la viabilité de la dette encore plus éloignée.

CONSIDÉRATIONS ENVIRONNEMENTALES, SOCIALES ET DE GOUVERNANCE

Les considérations environnementales sont pertinentes pour le profil de crédit du Liban, notamment en raison de l’impact du changement climatique sur l’industrie du tourisme. Les pénuries d’eau deviendront probablement plus fréquentes et généralisées en raison de la demande accrue de l’agriculture et de l’industrie, freinant la croissance à moins qu’elles ne soient traitées par des politiques efficaces.

Les considérations sociales sont l’un des principaux moteurs du crédit de la notation souveraine. La fragmentation sectaire conduit à de fréquentes négociations prolongées entre les partis politiques et les impasses du gouvernement qui contribuent à l’instabilité économique et financière, reflétée dans l’évaluation par Moody’s du risque politique national accru.

La fragmentation sectaire a également un impact sur la gouvernance, qui est partiellement atténuée par l’orientation politique non partisane de la BdL. Cependant, l’efficacité réduite de la politique monétaire et financière de la BdL à la lumière des vents contraires budgétaires et externes s’ajoute à la faiblesse du bilan de la politique budgétaire du gouvernement, entraînant ainsi une évaluation de la gouvernance globale plus faible de Moody’s.

CE QUI POURRAIT AMELIORER LA NOTATION

Moody’s envisagerait une amélioration si les conditions de financement se stabilisaient et si le risque de restructuration entraînant des pertes importantes pour les créanciers privés devait diminuer. Cela nécessiterait probablement une voie politique hautement crédible vers des excédents primaires persistants, la mise en œuvre de la réforme dans le secteur de l’électricité et un plan réalisable pour contrôler la masse salariale du secteur public.

CE QUI POURRAIT BAISSER LA NOTATION

Moody’s reviendrait à la baisse en cas de difficultés persistantes de mise en œuvre de la réforme de la politique économique et budgétaire qui empêchent un décaissement de l’aide publique au financement externe pour accompagner la restructuration de la dette publique, augmentant ainsi la probabilité de pertes supplémentaires importantes pour les investisseurs privés. Un ajustement encore plus déstabilisateur que Moody’s ne le suppose actuellement, éventuellement accompagné d’un détachement soudain de la monnaie, pourrait également être compatible avec des pertes plus importantes que celles supposées dans la notation Ca et conduire à une dégradation.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.