Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a adressé une lettre au président de l’Association des Banques du Liban, Salim Sfeir dans laquelle il informe ce dernier qu’il pourrait prochainement recourir aux devises étrangères des réserves obligatoires des banques privées auprès de la BdL afin de poursuivre les opérations de subvention à l’achat de blé et de soutien à la livre libanaise en contravention avec ses propos des années précédentes sanctuarisant ces devises.

Ces montants pourraient alors être considérés comme des dettes contractées par la banque centrale auprès des banques privées et remboursés en livre libanaise

Cette information intervient alors que l’ABL a par ailleurs engagé des poursuites judiciaires à l’encontre de la Banque du Liban et de l’état suite au défaut de paiement afin de saisir les réserves obligatoires et de pouvoir disposer de ces sommes estimées à environ 11 milliards de dollars actuellement et alors que des plaintes privées ont été également parallèlement déposées à l’encontre du gouverneur de la BdL et des banques privées pour des opérations d’ingénieries financières illégales, dissimulation des pertes de la Banque du Liban, mise en place d’un schéma de fraude de type Ponzi, mauvaise gestion de la livre libanaise et manipulation des taux de change, mauvaise gestion du secteur financier, mise en oeuvre de prêts aux institutions publiques, recours aux réserves obligatoires sans garantir la sécurité de la monnaie locale et détournement et gaspillage des fonds de la Banque du Liban au dépend du trésor public.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.