L'entrée principale de la Banque du Liban (BDL) Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés
L'entrée principale de la Banque du Liban (BDL) Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés

La Banque du Liban est intervenue pour la première fois depuis le début de la crise de liquidité qui a débuté au début de l’été pour tenter de mettre fin à l’effondrement de la Livre Libanaise sur les marchés parallèles. La monnaie locale a atteint ce vendredi son plus bas historique, avec une parité établie à 3 100 LL/USD à l’achat et de 3 250 LL/USD à la vente.

La livre libanaise avait même atteint la parité record de 3 350 LL/USD dans la matinée.

Ainsi, la banque centrale aurait indiqué souhaiter inonder les marchés parallèles de dollars afin de stabiliser la livre libanaise. On ignore cependant le montant de la somme qu’elle a prélevé sur ses réserves monétaires afin de procéder à cette opération. Cependant, les réserves monétaires de la Banque Centrale sont déjà assez réduites actuellement, limitant la possibilité réelle de changer la donne sur le moyen et long terme. Il s’est donc pas certain que cette opération puisse se prolonger de manière décisive durant longtemps.

La BDL doit, par ailleurs, réserver d’importantes sommes, de l’ordre d’un milliard de dollars mensuellement, à l’achat des produits de première nécessité. Cette opération pourrait par conséquent pousser les prix de ces produits de base encore à la hausse, réduisant cette politique de maintien forcé de la parité à néant, comme cela le fut déjà avec la parité officielle de la livre libanaise qui est toujours de 1 507 LL/USD, une parité qui est désormais impossible à imposer, reconnaissent même actuellement les autorités politiques et monétaires.

L’autre interrogation… l’origine de ces fonds?

Cependant depuis hier, le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé avait fait publier une circulaire à l’intention des institutions non financières comme Western Union, OMT ou MoneyGram. Ainsi, en cas de transfert de fonds depuis l’étranger, celles-ci devaient payer localement en Livre Libanaise au taux de parité de 2 600 LL/USD, réservant l’usage des devises étrangères à la reconstitution de ses réserves.

Cette information intervient alors que beaucoup de déposants craignent actuellement un haircut ou une décote sur leurs dépôts en livre libanaise. Ainsi, nombreux sont ceux qui ont retiré leurs fonds des banques afin de les échanger contre des devises étrangères ajoutant une pression supplémentaire sur la livre libanaise déjà mal en point depuis le début de l’été. À l’époque, le gouverneur de la Banque du Liban avait refusé toute crise de liquidité, estimant qu’il ne s’agissait là que de problèmes logistiques.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.