2 minutes à lire

Réagissant ce mercredi lors d’un discours télévisé à l’occasion du jour des martyrs du mouvement chiite., le dirigeant du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah a estimé que la position de Gébran Bassil est « brave et patriotique », prouvant « sa crédibilité, sa liberté et son indépendance ».

Gébran Bassil l’aurait ainsi informé préférer être sanctionné par les Etats-Unis que de rompre ses liens avec le Hezbollah comme demandé par Washington. Sayyed Hassan Nasrallah lui aurait cependant conseillé de prendre le positionnement qui lui paraitrait comme approprié.

Les sanctions américaines devraient cependant même améliorer la relation entre le Hezbollah et le Courant Patriotique Libre, juge-t-il.

Le dirigeant du Hezbollah a également noté que la formation du prochain gouvernement du premier ministre désigné Saad Hariri nécessite de nouvelles consultations entre le Président de la République, le général Michel Aoun et ce dernier.

Abordant la question des dernières manoeuvres israéliennes, le Hezbollah se serait mis en état d’alerte ces derniers jours, s’adressant indirectement à Tel Aviv. « Si les israéliens pensent pouvoir mener une agression (contre le Liban), notre réponse sera rapide », menace-t-il.

Au sujet des négociations actuelles visant à délimiter les frontières maritimes et terrestres, il réfute les informations faisant état d’un traité de paix ou encore d’une normalisation avec l’état hébreu, une chose hors de question tant pour le Hezbollah que pour le mouvement Amal avant d’adresser son soutien au Président de la République qui oeuvre à permettre au Liban de retrouver ses droits.

La Résistance n’interfèrera pas dans les négociation, il s’agit de la responsabilité de l’état, a poursuivi Sayyed Hassan Nasrallah, qui indique que son mouvement obéira à la volonté de l’état et d’indiquer que la délégation libanaise se doit de se sentir en état de force et non de faiblesse face à la délégation israélienne.

Il s’agit, toujours selon lui, de permettre au Liban de bénéficier des ressources pétrolières et gazières qui se trouvent dans la zone économique exclusive libanaise, accusant Israël de vouloir en empêcher le Liban.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.