La statue parle de liberté

4

Le libre choix, installe en chaque conscience, un état, un élan, une perspective.

Il pourrait  initier quand une personne le décide; la parole significative et précise, l’objectif voulu, le geste résolu, l’organisation des étapes pour un chemin dessiné en voie  d’aspirations ou d’un rêve tant souhaité. En prétextant les défavorisant impacts; d’une éducation imparfaite ou carrément ratée, d’un milieu social intimement influent, d’un cadre professionnel étouffant, des conjonctures politiques et économiques dans le monde, on fait sensiblement reculer l’échéance de ce qu’on veut faire, au détriment de ce qu’il faudrait faire. Ainsi, le monde tourne pour nous tous. Pris par l’engrenage de priorités conditionnelles, on observe et perçoit difficilement la part de l’alternative personnelle dans  une conscience active, non embrigadée. Elle caractériserait, la spontanéité éclairée de réelles aspirations, de convictions, de résolutions et d’inspirations humaines valeureuses, soucieuses de garder la flamme des libertés au service de la citoyenneté.Cependant, les prises de positions claires et limpides démarquent rarement le tracé des individus. En unifiant le délicat équilibre, entre le mental et l’émotionnel, ont pourrait davantage répondre à une vie choisie, construite et engagée. La “responsabilité manque ainsi dramatiquement au tableau des individualismes. Le choix de respectables dirigeants du monde demeure ainsi canalisé à la préservation des équilibres énergétiques et des stratégies géopolitiques au détriment de nombreuses promesses internationales concernant l’arrêt des injustices flagrantes.

Que reste t-il alors du souffle relationnel et de la proximité bienveillante avec les autres, ces caractéristiques du lien naturel, ordinaire, entre des gens “civilisés”? Les ententes au sommet, les accords bilatéraux entre des chefs de nations, les déclarations dûment préparées, une spectaculaire ouverture diplomatique entre d’anciens “ennemis” et le changement de ton entre de vieux “amis”, reflètent-ils un langage de raison qu’on écoute et considère ou qu’on néglige au gré de logiques programmées  à l’avance?

De grandes puissances installent déjà et depuis longtemps, un espionnage semble t-il courant entre elles! Sert-il à confirmer les graves méfiances de pensées peu crédibles lors des rencontres entre chefs des nations? Si oui, de quels critères de validité parlons nous alors, quand ceux là, parlent d’initier un certain “ordre mondial”?  Le Moyen Orient déchiré et saccagé, crie sans répondants ses douleurs, au nom justement d’une fausse “démocratisation”, éloignée du soins méticuleux et nécessaire au respect des cultures et à leurs coexistences.

Cerise sur le mauvais cadeau de la globalisation, ces grands, habitués historiquement à regarder par la serrure des petits pays, c’est maintenant au tour de leurs semblables de subir le sort des indiscrétions.  Le monde est  désormais un espace malsain, surveillé pour un cloisonnement des “libertés”, jusqu’aux “ratages” des drones “justiciers’ qui assassinent impunément des innocents!

Révoltée, La “Statue of Liberty” rappelle à ceux qui savent encore écouter: “…Elle fut construite en France et représente l’un des symboles des États Unis..la liberté et l’émancipation vis à vis de l’oppression …”!! (1)

Joe Acoury.

(1) wikipedia.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.