Le Président de la République, le Général Aoun, avec le Patriarche Maronite Béchara Boutros Raï au Palais de Beiteddine.

En déplacement auprès du Président de la République qui estive actuellement au Palais d’été de Beiteddine, le Patriarche Maronite Béchara Boutros Raï, a estimé que la venue du chef de l’état dans la région du Chouf créait « une bonne atmosphère après les tensions dont le Liban a été témoin ».

Il faisait ainsi allusion à l’incident de Qabr Chamoun qui avait menacé la paix civile dans cette région après la mort suite à une fusillade avec des manifestants du PSP, de 2 gardes du corps du Ministre Saleh Gharib lors de la visite du Ministre des AF Gébran Bassil.

Il a également indiqué que sa venue dans le Chouf visait à consolider la réconciliation historique entre communauté chrétienne et druze dans le Mont-Liban, allusion également à la réconciliation entreprise par son prédécesseur Nasrallah Boutros Sfeir avec l’ancien député Walid Joumblatt.

Au Menu des discussions avec le chef de l’état, l’application de l’article 95 de la constitution libanaise qui stipule la mise en place d’un comité en vue d’annuler les quotas attribués aux différentes communautés religieuses au sein de l’administration publique.

Extrait de la Constitution libanaise:

Article 95 (ancien):
A titre transitoire et conformément aux dispositions de l’article 1er de la Charte du Mandat et dans une intention de justice et de concorde, les communautés seront équitablement représentées dans les emplois publics et dans la composition du ministère sans que cela puisse cependant nuire au bien de l’Etat.

Article 95 avant sa modification par la loi constitutionnelle du 21/9/1990:     
A titre transitoire et dans une intention de justice et de concorde, les communautés seront équitablement représentées dans les emplois publics et dans la composition du ministère sans que cela puisse cependant nuire au bien de l’Etat.

À ce sujet, le patriarche a estimé que « la Constitution doit être appliquée dans son ensemble et non de manière sélective », indiquant que cette disposition ne devrait pas inquiéter quiconque mais plutôt donner des garanties à tous.

Pour rappel, le Président de la République, le Général Michel Aoun, s’était d’abord opposé à un des articles du budget 2019, stipulant l’emploi de fonctionnaires en dehors des quotas généralement attribués aux différentes communautés religieuses avant de s’en raviser, demandant au Parlement d’organiser une session en vue d’expliquer ce fameux article 95.

Le Patriarche a également discuté de la stratégie de défense nationale avec le Président de la République, stratégie décrite comme étant essentielle pour le Liban.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.