L’ancien Président Egyptien Hosni Moubarak est décédé ce mardi 25 février 2020. Il a été président de la République du 14 octobre 1981 au 11 février 2011.

Né le 4 mai 1928, Hosni Moubarak avait entamé très tôt une carrière militaire, entrant, dès l’obtention de son baccalauréat, à l’Académie Militaire Egyptienne puis à l’Armée de l’Air Egyptienne en 1950. Il passera ainsi des Spitfire britanniques aux bombardiers soviétiques comme le Tupolev Tu16.

Il deviendra commandant de l’Armée de l’Air et Ministre des Affaires militaires dès 1972.

En avril 1975, il devient vice-président de la République et, en 1978, il est choisi comme vice-président du Parti national démocratique (PND), puis succèdera au Président Anouar Sadate suite à son assassinat. Il sera ainsi élu président de la République le 13 octobre 1981, lors de l’élection présidentielle anticipée, et prête serment le lendemain. Il devient également président du Parti national démocratique.

Il sera réélu successivement en 1987, 1993 et 1999 avec des scores souvent supérieurs à 80 %.

Sur le plan du dossier au Moyen-Orient et du Conflit Israélo-arabe

Après avoir été isolée suite aux accords de Camps David conclu entre le Président Anouar Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin, l’Egypte est isolée dans le camp du Monde Arabe. Elle se repositionne alors comme le principal allié des Etats-Unis dans la région. Hosni Moubarak poursuivra cette politique entamée par son prédécesseur, participant notamment à coalition qui a mené la première guerre contre l’Irak en 1991, en y envoyant même un corps expéditionnaire. Il s’opposera tout de même au second conflit en 2003.

Hosni Moubarak est souvent impliqué, lors des conflits israélo-palestiniens dans les négociations avec des positions généralement considérées comme proches de celles d’Israël. Hosni Moubarak décidera ainsi d’isoler même Gazal, l’Egypte mettant en place une barrière métallique à la frontière Sud-Ouest de l’enclave palestinienne, aggravant de facto, le blocus.

La Chute d’Hosni Moubarak et le Printemps Arabe

À partir du 25 janvier 2011, d’importantes manifestations ont lieu en Egypte, suite à un attentat à Alexandrie.

La révolution égyptienne s’est déclenchée en réponse aux abus des forces de police, à la corruption, mais aussi à l’état d’urgence permanent et à ses procédures expéditives. 

Face à la situation, le 28 janvier 2011, Hosni décide de limoger le gouvernement, une décision insuffisante pour les manifestants, qui réclament que des élections équitables doivent être mises en place. Par ailleurs, sur le plan international, les gouvernements occidentaux réclament plus de liberté et de réformes économiques, politiques et sociales visant à améliorer le bien-être de la population égyptienne. Il nommera le général Ahmed Chafik, chef d’état-major de l’armée de l’air, au poste de Premier ministre et nomme Omar Souleiman, chef des services de renseignements, premier vice-président d’Égypte, annonçant par ailleurs des réformes constitutionnelles limitant le nombre de mandats à la tête de l’état et indique vouloir achever son 5 mandat, ce qui provoquera la recrudescence d’importantes manifestions dès le 2 février, avec l’Armée Egyptienne qui s’en mêle désormais.

Le 10 février 2011, il annonce son intention de conserver son poste de président de la République jusqu’à la tenue d’élections libres, ainsi que le transfert de ses pouvoirs au vice-président Omar Souleiman. C’est alors que devant le risque de voir la situation échapper à tout contrôle, l’Armée Egyptienne prend le pouvoir et nommera le général Omar Souleiman, président de la république.

Hosni Moubarak face à la Justice après sa chute

Rapidement un procès pour « meurtre et tentative de meurtre sur des manifestants, abus de pouvoir et de biens sociaux et atteinte aux intérêts de l’État » est organisé dès le 3 août 2011. Il sera présent, sur une civière et plaidera non coupable. Dès le 5 janvier, le procureur requiert la peine de mort par pendaison à son encontre, considérant qu’il avait donné l’ordre de tirer à vue. Il s’agirait donc, selon le procureur, de meurtres avec préméditation.

Il sera finalement condamné à la prison à perpétuité, le 2 juin 2012 et fera appel. Dès lors aussi, des rumeurs selon lesquelles il aurait fait une attaque cérébrale circulent. Hosni Moubarak sera libéré sous conditionnelle par la justice le 21 août 2013, puis acquitté le 2 mars 2017 des accusations de meurtres de manifestants de 2011.

Entretemps, des accusations de détournements de fonds pour un montant de 10 millions d’Euro circulent, accusations pour lesquelles il sera condamné en 2015 à 3 ans de prison.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.