12376418_10208442333082602_3625137761524205310_n

Qu’est-ce que le racisme? C’est une maladie psychologique incurable. C’est un état d’esprit qui fait croire à certaines têtes brûlées qu’elles forment une classe sociale supérieure aux autres membres de la société où elles vivent ou encore une classe sociale supérieure aux habitants de pays étrangers de moindre importance démographique, économique, politique ou militaire que le pays où vivent ces philosophes atteints d’une pédanterie maladive.

Ce racisme peut prendre diverses formes. Il peut être social en ce sens qu’il se manifeste dans la même société et avec des gens ayant la même nationalité. Certains se croient plus intelligents que d’autres. Ils se croient plus instruits que les autres. Leurs connaissances dépassent toutes les limites. Ils se prennent pour la crème de la société. Ils traitent les autres en ignares et en détritus. C’est le cas de certains habitants des villes, capitales de pays, qui considèrent les provinciaux comme des citoyens de second degré.

Le racisme peut être racial en ce sens qu’il touche certaines races de pays moins nantis que le pays où vivent ces philosophes de pacotille. Ce racisme ne respecte en rien l’humain en tout être vivant sur terre. L’Article Premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme est pourtant bien clair : » Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » A bon entendeur, salut.

Le racisme culturel est la résultante des deux formes de racisme décrites plus haut. Certains pensent qu’eux seuls sont cultivés et que tous ceux qui vivent hors de leur cercle restreint sont incapables d’assimiler quoi que ce soit. Ils se mettent alors à leur donner des notions qui seraient, à leur avis, exclusives à leur auguste personne. Heureusement, ce genre de personnages est minoritaire. Je n’ai rien contre certains de ces néo-naturalisés qui se prennent pour des philosophes de première catégorie. C’est à peine s’ils savent lire le français. Et alors pour écrire cette langue sans faire de fautes d’orthographe, c’est une toute autre affaire. Ces « philosophes » de la première heure lisent mes articles et n’en comprennent que ce qu’ils veulent y mettre. Ils soulèvent des problèmes dont les solutions sont pourtant traitées en détail dans l’article incriminé. Ils emploient très souvent des mots péjoratifs comme « idiotie » ou « sottise » ou « nul » ou encore d’autres mots que je ne voudrais pas énoncer, par politesse, pour qualifier mes écrits. Ils critiquent tout pour le seul plaisir de critiquer. Ils cherchent à s’imposer en s’opposant. N’est-ce pas faire du racisme culturel que de se comporter de cette sorte?

Je tiens à préciser que j’accepte toutes les critiques si elles sont fondées. Ma culture francophone m’y pousse sans aucun doute possible. La francophonie se fonde sur les échanges culturels dans le respect des caractéristiques de toutes les entités qui y adhèrent. Elle est enrichissement et non pas isolement ou repli sur soi-même. Par contre, je refuse toute forme de racisme d’où qu’elle vienne. Je me permettrais de me défendre sans vergogne si jamais ces petits morveux prenaient plaisir à être impolis à mon égard.

Je voudrais rappeler à ces prétentieux qu’ils ne sont pas les seuls personnages cultivés. Heureusement pour l’Humanité. Partout dans le monde vivent des gens imbus de culture. Par modestie, ils ne se manifestent pas comme ces présomptueux qui ont l’art de faire des déclarations souvent creuses et vides de sens. Pitié pour la culture. Cessez de la massacrer. Cessez de vous l’accaparer. Elle ne vous appartient pas exclusivement. Elle appartient à toute personne qui la cherche quelle que soit la classe sociale ou la race de cette personne avide de connaissances nouvelles.

Samy Chaiban.
09/01/2016.