S’exprimant alors d’une conférence durant laquelle plusieurs candidatures aux élections législativres du 15 mai 2022 ont été officialisées, le dirigeant du CPL s’en est pris indirectement à ses rivaux des forces libanaises, du courant du Futur, du Parti Socialiste Progressiste et au Gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé.

Il a ainsi noté que “la victoire sur l’ennemi ne se fait pas exclusivement par les armes”, notant que les adversaires politiques du CPL ne seront pas en mesure de désarmer le Hezbollah ou de l’écarter du gouvernement même en cas de majorité parlementaire lors du prochain scrutin. Il note aussi que certains continuent à avoir une mentalité de prisonnier en dépit de leur libération, faisant ainsi allusion à Samir Geagea Lui même.

Aussi concernant Riad Salamé, le CPL continue à exiger des audits juricomptable, le contrôle des capitaux, la loi sur le recouvrement de l’argent, la loi sur la comptabilité et la divulgation des biens, et la responsabilité de son rôle dans la crise actuelle. Un plan de redressement financier qui répartit équitablement les pertes est nécessaire, estime Gébran Bassil.

Gébran Bassil a aussi accuser ces partis de répondre positivement à des puissances étrangères en vue de garder les réfugiés palestiniens et syriens présents au Liban et ainsi aussi de bénéficier d’aides via le détournements des fonds qui leurs sont destinés.

“C’est le Hezbollah qui nous a tendu la main pour une alliance électorale, de la même manière que nous lui avons tendu la main le 6 février 2006, lorsqu’ils ont essayé de l’isoler. Ils veulent nous étrangler et nous isoler, mais nous respirons la liberté, et grâce à notre force et à notre alliance, nous réussirons”, poursuivit Gébran Bassil, notant cependant que le système électoral oblige le CPL à faire figurer ses candidats sur les mêmes listes que le mouvement Amal. Pour rappel, les relations entre lui et Nabih Berri se sont fortement détériorées.

Le dirigeant du CPL a appelé à l’élection du président de la république par un vote populaire et non parlementaire comme cela est le cas depuis 1943 ainsi qu’à rendre possible l’obtention de 2 mandats consécutifs.

Ce vote pourrait s’organiser selon un premier tour réservé à la communauté chrétienne et un second tour réservé à tous les libanais.

Abordant la question des négociations actuelles entre le Liban et Israël en vue de délimiter les zones maritimes exclusives, Gébran Bassil a estimé que les sanctions américaines le visant ne seront pas levées “tant qu’il y aura des élections”, réfutant les rumeurs faisant état de concessions libanaises en cas de levée des mesures qui le visent. Il a aussi estimé par ailleurs que toute solution doit préserver le droit du Liban à accéder aux ressources pétrolières et gazières.

Par ailleurs 5 nouvelles candidatures seront présentées par le CPL. Ainsi sont candidats

  • Asaad Dergham et Jimmy Jabbour dans la circonscription du Akkar,
  • Georges Atallah dans la circonscription du Koura
  • Pierre Raffoul à Zoghrta
  • Simon Abi Ramia à Jbeil
  • Gebran Bassil à Batroun
  • Nada Boustany dans le Kesrouan
  • Eddy Maalouf, Elias Abu Saab et Ibrahim Kanaan dans le Metn
  • Alain Aoun à Baabda
  • César Abi Khalil à Aley
  • Ghassan Atallah dans le Chouf
  • Nicolas Sehnaoui pour la circonscription de Beyrouth I
  • Salim Khoury, Amal Abou Zeid et Ziad Aswad pour Jezzine
  • Salim Aoun à Zahlé,
  • Edgard Trabousi à Beyrouth II
  • Charbel Maroun pour la Békaa Ouest

Seule demeure une inconnue concernant la candidature catholique pour la Békaa Est.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.