Les autorités judiciaires ont décidé de l’ouverture d’une enquête au sujet des incidents entre manifestants et sympathisants du Hezbollah et d’Amal dans le centre-ville de Beyrouth, dans la nuit de dimanche à lundi, alors que les partis politiques réfutent officiellement toute implication.

Pour rappel, ces incidents se seraient déroulés alors que des manifestants tentaient de bloquer l’axe du Ring, axe majeur entre Beyrouth Ouest et Beyrouth Est, hier soir. Ils auraient fait 2 blessés et de nombreux dégâts matériels ont été constatés dans le quartier de Monnot ou de Saïfi Village avec de nombreux véhicules vandalisés avant que les forces de l’ordre et de l’Armée Libanaise puisse arriver à contenir la situation.

Il ne s’agit pas du premier incident du genre. Déjà le 29 octobre dernier, des bagarres avaient opposés manifestants et partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, poussant le Premier Ministre Saad Hariri à la démission.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.

1 COMMENTAIRE

  1. Les partis politiques ne maîtrisent plus leur chiens? Ah bon ? d habitude les chiens obéissent au doigt et à l ‘oeil.
    Les voleurs sont aussi des menteurs cela va de pair.

Comments are closed.