Les représentants de la compagnie nationale de télécommunication Ogero ont annoncé la poursuite de leur grève générale entamée il y a 2 semaines et qui a abouti à la suspension des services de téléphonie fixe et d’internet dans un certain nombre de localité.

Ils exigeaient ainsi une augmentation de leurs émoluments suite à la hausse des tarifs des communications indexée sur la plateforme Sayrafa de la Banque du Liban.

Ils ont ainsi été informés par le directeur général d’Ogero Imad Kreideh, que le ministre sortant des télécoms, Johnny Corm a signé 3 décrets partis lesquels le fait qu’il leur soit accordé une aide sociale de manière mensuelle, des indemnités de transport de 95 000 LL et une allocation de présence de 2 mois.

Quant à la hausse des salaires, aucune décision en ce sens n’a été prise, en l’attente d’une décision du ministre qui attend “un avis judiciaire”, ce qui a amené à la poursuite de la grève générale jusqu’à jeudi prochain.

Cependant, les employés de la compagnie ont répondu positivement à la reprise du travail de 13 des 21 centraux téléphoniques en grève, cela afin de permettre la reprise des communications internes. Des travaux d’entretien devraient être ainsi mis en oeuvre.

Cette information intervient alors que plusieurs régions libanaises ont totalement perdu accès aux communications fixes de la compagnie nationale mais également mobiles. À Nabatiyeh et Hasbaya, les services de télécommunication et d’internet ont ainsi été interrompus, amenant les commerces et même les banques à devoir interrompre leurs activités. En cause, le manque de fourniture d’électricité à un central téléphonique de Saïda a induit une interruption de toutes les communications vers le Sud du Liban. Il a été depuis rétabli vers 13h30 de l’après-midi.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.