Capture d'écran d'une vidéo de propagande de Daesh. Crédit DR

Dans un communiqué, les forces de sécurité intérieure (FSI) ont indiqué avoir arrêté ce lundi, 2 ressortissants syriens qui se préparaient à des actes terroristes contre des lieux saints.

Selon le communiqué, cette opération préventive a été conduite par les services de renseignement des FSI. Cette unité a réussi à identifier et à surveiller un ressortissant syrien, désigné par ses initiales Z.M. , basé au Sud Liban qui tentait de recruter de nouveaux membres de Daesh via les réseaux sociaux. Interrogé par les FSI, il aurait avoué les faits.

Il aurait notamment eu des liens avec des personnes à l’étranger et aurait fait l’apologie de l’idéologie de Daesh via la création de sites internet ou encore sur le terrain, via des graffitis postés sur des murs.

Avec certains individus avec qui le terroriste serait rentré en contact, il aurait souhaité reproduire les attaques terroristes qui se sont déroulées au Sud Liban, désignant pour cibles des églises ou des mosquées chiites. Il aurait notamment consulté des vidéos expliquant la fabrication de charges explosives improvisées.

À ce titre, il aurait pris contact avec un autre ressortissant syrien également désigné par ses initiales S.B. que les FSI ont également arrêtés.

L’organisation terroriste Daesh a commis plusieurs attaques terroristes au Pays des Cèdres, avec pour objectif de créer des dissensions entre communautés chrétiennes, chiites et sunnites.

Le 4 juin dernier, un islamiste membre de Daesh, Abdel-Rahman Mabsout, avait assassiné 2 militaires libanais et 2 membres des Forces de Sécurité à Tripoli au Nord Liban avant de suicider à l’aide d’une ceinture explosive.

Plus de précisions

Pour rappel, Plus de 6000 combattants – dont des palestiniens – originaires des camps palestiniens se trouvant au Liban, auraient rejoint le groupe terroriste de Daesh et de Jabhat al cham (ex al Nosra), révèle un rapport publié en 2017. 1 300 d’entre eux auraient été tués au cours de la guerre civile syrienne et irakienne. Autre motif d’inquiétude, la présence de combattants de ces organisations parmi les réfugiés syriens également présents au Pays des Cèdres.

Ainsi, les autorités libanaises craignent le retour de membres de Daesh et d’Al Nosra via les frontières nords du Pays, après que ces organisations aient perdu les zones qu’elles contrôlaient jusqu’en 2017 dans la région d’Arsal suite à l’offensive du Hezbollah pour Al Nosra et de l’Armée Libanaise pour Daesh.

En 2013 et en 2014, Daesh avait mené plusieurs opérations terroristes contre la Banlieue Sud de Beyrouth, considérée comme étant un fief du Hezbollah.

En 2016 aussi, Daesh avait menacé de mener une campagne terroriste à l’encontre des régions chrétiennes de Jounieh.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

1 COMMENTAIRE

  1. Il y a un idéal commun chez Daesh qui donne un leste dans la droiture fanatique de tuer pour l’amour de dieu.
    On fait tous même au près des athés l’apologie de l’amour de dieu, mais il se disent absolutiste comment étaient les rois de France d’une vision unique du pouvoir, avec en plus cette illusion parfaite d’une justice que dieu guiderait vers leur salut.
    Le martyr deviendrait donc en toute logique l absence totale de rémission de leurs péchés avec la case paradis inclue dans le pacte absolutiste.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.