Deux gardes du corps du ministre en charge de la question des déplacés, Saleh al-Gharib, ont été tués dans une fusillades avec des partisans du Parti Socialiste Progressiste (PSP) au niveau de la localité de Kfar Matta, dans le caza du Chouf.

Cet incident s’est déroulé avec le Ministre des Affaires Etrangères et Président du Courant Patriotique Libre devait traverser la localité. Son convoi avait été temporairement bloqué par des partisans du PSP qui entendaient protester contre sa venue.

Selon les proches du Ministre Salah Gharib, par ailleurs proche de Talal Arslan, rival de Walid Joumblatt, le convoi de ce dernier aurait été pris pour cible. Selon un communiqué du PSP, ce seraient les gardes du corps qui auraient d’abord tiré sur la foule.

De source médiatique, on annonce pour l’heure 3 blessés et 2 morts. Tous les 2 seraient des gardes du corps du Ministre pour les réfugiés alors que le Premier Ministre appelle au calme

Le Premier Ministre Saad Hariri s’est rapidement entretenu avec le Ministre des AF, Gébran Bassil, les dirigeants du PSP et du Parti Démocratique Libanais de Talal Arslan et des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) pour appeler au calme, alors que les tensions dans le caza du Chouf sont toujours vives.

Pour rappel, Walid Joumblatt a été l’un des plus fervents critiques du Ministre des Affaires Etrangères Gébran Bassil, n’hésitant pas à traiter ses positions concernant la question des réfugiés syriens présents au Liban comme étant comparables à celles de Donald Trump.

Par ailleurs, ses relations avec le Premier Ministre Saad Hariri se sont également dégradées lors de la formation du gouvernement Hariri III.

Il avait alors accusé Saad Hariri d’avoir violé les accords de Taëf, en raison de l’implication de Gébran Bassil dans le processus de nomination des différents ministres.

Walid Joumblatt avait également critiqué la visite rendue par le Ministre en charge de la question des réfugiés syriens au Liban Salah Gharib à Damas en début du mandat du gouvernement Hariri III, estimant que ses réunions avec des responsables syriens normalisaient les relations entre les 2 pays.

Pour rappel, le Liban compte 2.2 million de réfugiés dont 1.5 million de réfugiés syriens, indiquent les services sécuritaires libanais. La présence de ces derniers est considérée comme responsable d’une pression importante sur le marché de l’emploi local, déjà affecté par un taux de chômage atteignant 43% de la population active libanaise.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.