Le député Assem Araji. Crédit Photo: Parlement Libanais

Le président du comité parlementaire en charge de la santé Assem Araji a estimé que le programme actuel de vaccination ne répond pas actuellement à l’impératif de vacciner le plus grand nombre possible de personnes face à l’épidémie du coronavirus COVID19 qui continue à sévir au Liban.

Ce dernier a également estimé que le nombre élevé de personnes touchées par l’épidémie a été induite par le manque d’engagement des citoyens envers les mesures préventives et de l’échec de la mise en œuvre des étapes de déconfinement.

Concernant la vaccination elle-même, “les pays qui produisent des vaccins préfèrent commencer à vacciner leur propre population, et il y a environ 120 pays où le vaccin n’est pas encore présent”, notant également que l’importation de vaccins par les entreprises privées est même impossible pour les mêmes raisons.

Note d’espoir cependant, “l’Organisation mondiale du commerce a appelé les pays à faire pression sur les entreprises pour qu’elles augmentent leur production de vaccins, et le Conseil de sécurité des Nations Unies a publié une déclaration appelant à la justice pour distribuer des vaccins partout dans le monde. Si nous pouvons obtenir les vaccins nécessaires pour vacciner 85% des citoyens, nous serons en mesure de réaliser la vaccination communautaire d’ici la fin de cette année”, souligne Assem Araji relevant par ailleurs l’erreur du comité corona qui avait décidé de l’ouverture du pays durant les fêtes de fin d’année, provoquant une hausse très significative des cas et des décès.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.