Confrontées à l’instauration d’un contrôle informel des capitaux, les importations vers le Liban ont lourdement diminuées. Ainsi, 11.3 milliards de dollars de marchandises ont été importées au Liban, une chute de 41.2%. Paradoxalement, les exportations ont également diminuées de 5% pour s’établir à 3.5 milliards de dollars.

La balance commerciale reste donc négative de 7.8 milliards de dollars, un déficit qui s’accroit de 49.9% par rapport à 2019 où il n’a atteint que 5.8 milliards de dollars.

Ont été plus affectées, les importations d’habits en cuirs et de fourrure mais également celles de véhicules (-62% environ). Les importations du Koweit sont également en chute libre (-66.1%), tout comme celles en provenance du Japon (-63%).

Côté exportation, on constate une hausse des véhicules de 157.1%, de produits d’origine animalière (+78.3%), de produits audiovisuels (+40%) ou encore d’antiquités (+37.5%). Les produits agricoles alimentaires sont également en hausse de 33.1%.

Pour ce qui est de nos partenaires commerciaux, les exportations vers l’Algérie sont en chute de 45.2%, tout comme celles en direction de la Syrie (-43.7%) ou de la France (-37.7%). Les exportations en direction de l’Italie et des Etats-Unis sont, quant à elles, en hausse respectivement de 45.2% et de 43.5%.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն