Le Parlement sortant termine son mandat ce lundi 21 mai à minuit, soit 5 ans après la durée normale de son mandat qui avait été prolongé pour diverses raisons, officiellement sécuritaires. Les nouveaux parlementaires – élus ce dimanche 6 mai 2018 – seront appelés à participer à la session inaugurale et à élire un nouveau Président de la Chambre. Seul candidat à sa succession, le Président de la Chambre actuelle, Nabih Berry, alors que se multiplient les manoeuvres politiques locales et les pressions internationales sur la composition du prochain gouvernement. 

Pour l’heure, l’interrogation au sein du nouveau parlement concerne la place de vice-président de l’assemblée, alors que le Courant Patriotique Libre, premier bloc parlementaire  n’a pas annoncé son candidat à cette place.

L’ancien vice-président de la chambre, Elie Ferzli (apparenté CPL) et Anis Nassar (Forces Libanaises) se sont déjà déclarés candidats alors que le CPL pourrait également présenter Elias Bou Saab. Le poste de Vice-Président revient de facto à un parlementaire de confession Grecque-Orthodoxe. 

L’ancien député druze Walid Joumblatt a qui son fils a succédé dans la nouvelle assemblée, a déclaré son soutien à l’élection de Nabih Berry à la tête du Parlement, ce dimanche 21 mai 2018 à l’issue d’une réunion avec ce dernier à Ein Tineh. Il s’est également déclaré favorable à l’élection d’Elie Ferzli pourtant considéré comme proche du régime syrien. 

À l’issue de l’expiration du mandat du Parlement actuel, le gouvernement deviendra intérimaire dans l’attente de la constitution du prochain cabinet. Il devrait se réunir ce lundi au Palais Présidentiel de Baabda pour aborder 59 points à son agenda dont le dossier de l’électricité avec le renouvellement du bail de la centrale turque Fatmagul stationnée à Zouk et alors que se profilent plusieurs difficultés concernant la formation du prochain gouvernement. 

Ainsi, alors que le Président de la Chambre exige que lui revienne le Ministère clé des Finances dont il est déjà titulaire, les récents propos des autorités américaines et les récentes sanctions contre le Hezbollah pourraient encore envenimer les choses, selon les déclarations du Ministre de l’éducation Marwan Hamadé. Le Premier Ministre sortant qui se succèdera probablement à lui même, Saad Hariri a cependant indiqué aux autorités saoudiennes lors d’un iftar que le Hezbollah participera au prochain gouvernement, assurant qu’il s’agira d’inclure tous les partis. 

Selon les informations disponibles, le Président de la République, le Général Michel Aoun lancera le processus de formation du prochain gouvernement alors les consultations des parlementaires dès ce jeudi 24 mai 2018. À l’issue de ses réunions avec les parlementaires libanaise, il désignera alors le prochain premier ministre qui aura la charge de constituer le prochain cabinet. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.