“La corruption est un obstacle à la réforme” (Gébran Bassil)

132

Dans un discours, le Président du Courant Patriotique Libre a abordé la polémique actuelle portant sur les enquêtes en cours dans le dossier de la manipulation du cours de la livre libanaise lancées par la procureur de la république dès mai 2020.

Gébran Bassil a ainsi estimé qu’il y a, d’un côté des magistrats actuellement accusés “de poursuivre des affaires de corruption indépendamment de ceux qui les concernent et qui ne sont motivés que par leur conscience et leur responsabilité” et de l’autre, “des juges impuissants ou corrompus qui ont touché de l’argent et des biens par la corruption. “

“Il n’y a pas de salut si le juge réformateur ne gagne pas le juge de corruption. (…). Ce qui se passe aujourd’hui est une tentative d’empêcher un juge d’atteindre la vérité parce qu’il a décidé de révéler le montant d’argent transféré. à l’étranger et l’identité de ses propriétaires.
Gébran Bassil, le samedi 24 avril 2021
Tweet

Le président du CPL estime ainsi que la plupart des fonctionnaires impliqués et des médias essayent actuellement d’empêcher la juge Ghada Aoun d’aboutir à son enquête et ainsi identifier les personnes impliquées.

“Nous sommes avec l’ouverture de cette affaire, pas avec le juge, avec la question de la récupération de l’argent des Libanais qui ont fui à l’étranger de manière discrétionnaire et immorale, et jusqu’à ce jour, l’argent continue à sortir en raison du refus du parlement depuis un an et demi à approuver la loi sur le contrôle des capitaux. ” 
Gébran Bassil, le samedi 24 avril 2021
Tweet

Abordant la question de la formation d’un nouveau gouvernement, le dirigeant du CPL s’est interrogé sur l’absence du premier ministre désigné Saad Hariri à présenter sa liste de candidats aux différents postes ministériels.

Aujourd’hui, nous voulons qu’il prenne ses responsabilités en tant que Premier ministre et ne s’enfuie pas alors qu’il a fui le 17 octobre, et il est en charge de cette affaire et six mois se sont écoulés depuis sa mission. Composez-le!
Gébran Bassil, le samedi 24 avril 2021
Tweet

Il a pour l’heure écarté l’organisation d’élections législatives anticipées comme alternative au refus du premier ministre désigné à se retirer.

Gébran Bassil a rappelé que le coût des importantes subventions versées au ministère de l’énergie ont été décidées alors que l’ancien premier ministre Rafic Hariri – père du premier ministre désigné actuel qui avait accusé le CPL d’être à l’origine de l’important endettement public – était au pouvoir en 1994.

Il a également réfuté toute corruption durant les mandats des responsables du CPL: “il n’y a pas de corruption sauf avec du carburant frauduleux en l’année 2005. Nous avons voté contre lui trois fois en Conseil des ministres et tous les autres a voté pour faveur de ce contrat! Nous sommes finalement allés nous plaindre de la justice”.

Gébran Bassil a répondu au dirigeant des Forces Libanaises qui comparait les partisans du CPL à des nazis, rappelant à ce dernier à revenir sur son passé et notamment le fait d’avoir enfoui des déchets toxiques “dans nos montagnes” et d’avoir fait éliminer un certain nombre de personnes.

Un pays sans gouvernement alors que la crise économique le touche de plein fouet

Le Liban est sans gouvernement depuis la démission, le 10 août dernier, du premier ministre sortant Hassan Diab.

La formation d’un nouveau gouvernement est considérée comme une des conditions préalable à la relance des négociations avec le Fonds Monétaire International afin d’obtenir un déblocage de l’aide financière de la communauté internationale face à la crise économique que traverse le Liban. 

Suite à l’échec de Moustafa Adib à former un cabinet, l’ancien premier ministre Saad Hariri, qui avait pourtant démissionné suite à d’importantes manifestations en octobre 2019, s’est vu être chargé de former un nouveau gouvernement en octobre 2020.

Pour tenter de débloquer la situation, l’ancien premier ministre a promis au mouvement Amal d’attribuer le portefeuille du ministère des finances à un membre de la communauté chiite. Il avait également réitéré que le Liban pouvait se passer d’un état de défaut de paiement, déniant ainsi la gravité de la crise économique cependant vécue par la population, avec 55% de celle-ci vivant désormais sous le seuil de pauvreté alors que la récession économique a atteint 29% selon certains rapports pour l’année 2020.

Cependant, les propositions de Saad Hariri d’un cabinet de 18 membres se heurtent à la présidence de la République, qui souligne que si les communautés chiites et sunnites choisissent leurs représentants, les représentants chrétiens au sein du nouveau cabinet seraient également choisis par le premier ministre désigné. Le Général Aoun estime de fait que les propositions actuelles du premier ministre contreviennent à la fois à la constitution libanaise et au pacte national.

Ce dernier accuse de son côté le chef de l’état de souhaiter obtenir un tiers de blocage au sein de son nouveau cabinet, ce que réfute la présidence de la république.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.