3 minutes à lire

De nombreuses routes sont pour l’heure toujours fermées à la circulation en raison de barrages mis en place par des protestataires qui dénoncent les conditions économiques, au lendemain du discours du Président de la République, le Général Michel Aoun.

Pour l’heure, le Liban est toujours paralysé par un mouvement à l’origine de protestation contre la crise économique mais qui s’est étendu également à des revendications politiques. Sont demandés, la démission du gouvernement et du parlement, responsables, selon les manifestants, de la corruption et de la gabegie des fonds publics. Pour rappel, alors que le gouvernement envisageait une augmentation des taxes avec la désormais fameuse taxe WhatsApp, aujourd’hui annulée, désormais, il compte mettre en place une politique de réformes économiques, notamment en privatisant certaines entreprises publiques et en annulant ou en regroupant certaines institutions.

Selon le Centre de Gestion du Trafic routier, de nombreux axes restent actuellement paralysés.

Au niveau du Centre-Ville, les manifestations continuent, certains manifestants dorment toujours sur place. Ils on en effet mis en place des tentes, en dépit des incidents d’hier avec des partisans du Hezbollah.
Dans Beyrouth toujours, les routes d’Aisha Bakkar et de Khayat Hill sont coupées à proximité du siège de la Télévision Nationale ce matin. Egalement bloquée l’autoroute au niveau de Fanar ou la place Sassine, le Ring Charles Malek et Fouad Chéhab, le rond point Chevrolet, et les accès menant à Saifi.

Au niveau du Metn, le fameux barrage de Jal el Dib est toujours en place, ainsi que celui de Mazraat Yachouh

Au niveau du Kesrouan, le barrage de Zouk-Adonis est également en place. Sont actuellement bloqués l’autoroute au niveau de Bouar, Oqaybeh, Safra, Ghazir, Mameltein, la descente du Christ Roi.

Plus au nord, les barrages sont toujours présents de Batroun et de Jbeil.

Au Nord Liban, les accès à Tripoli sont toujours bloqués notamment sur l’axe Al-Bahsas. L’accès à la place al Nour est toujours rendu difficile par la présence des manifestants.
À Halba, l’autoroute Halba était complètement coupée par des voitures et des pneus en caoutchouc, tout comme celle de Chékaa plus au Sud.

Dans le caza d’Aley, la route Beyrouth Damas est toujours coupée au niveau de Dahr Al – Baydar, de la jonction de Sofar, d’Abadia, de la ville Aley.

Au Sud Liban, à Saïda, les routes qui ont été coupées tôt ce matin, ont été rouvertes par l’Armée Libanaise. À Nabatiyeh, le rond point Kfar Farman est toujours occupé par les protestataires.
Les accès sud de Beyrouth sont également bloqués au niveau de Jiyeh, la Jonction de Barja – Naameh, l’Autoroute Khaldeh ainsi que la route Maritime, la Jonction Choueifat – Aramoun.

Dans la Békaa, la situation demeure inchangée avec des barrages notamment au niveau de Chtaura, de la route Chtaura Zahlé, du Rond point de Zahle, de la jonction de Saadnayel, au niveau des localités de Qib Elias, Jdita, et de Bawarij.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.