Le siège du Grand Sérail avant l'explosion du Port de Beyrouth.
Le siège du Grand Sérail avant l'explosion du Port de Beyrouth.

Plusieurs routes dont celles du Ring Fouad Chéhab au niveau de l’intersection de Saïfi ou encore de la place Elia à Saïda au Sud du Liban sont actuellement fermées à la circulation. Brièvement interrompue, la circulation de la place d’Aley a, quant-à-elle, été rétablie.

Les manifestants dénoncent la dégradation des conditions sociales et économiques actuelles avec d’une part la hausse des prix des carburants qui ont atteint des niveaux du jamais-vu au Liban, avec un prix du gallon de 20 litres qui dépasse désormais les 300 000 LL et la détérioration du pouvoir d’achat de la population induite par la dégradation de la valeur de la livre libanaise face au dollar, 2 facteurs auxquels l’arrêt des subventions jusque là accordée par la Banque du Liban ont largement contribué.

Ainsi, le salaire minimum de 600 LL n’équivaut plus que 30 USD contre 400 USD il y a 2 ans à peine et le salaire médian équivaudrait à moins de 100 USD contre 1000 USD, toujours il y a 2 ans. Désormais plus de 82% de la population vivrait ainsi sous le seuil de pauvreté, contre 30%, 2 ans à peine.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.