Plusieurs centaines de personnes sont actuellement rassemblées entre le centre-ville de Beyrouth et Burj el Ghazal. Par ailleurs, de nombreuses routes sont actuellement bloquées sur une partie du territoire.

À Beyrouth toujours, les manifestants scandent des slogans contre la dégradation des conditions sociales et économiques alors que la livre libanaise a chuté face au dollar au marché noir, atteignant son plus bas historique, à plus de 5100 LL/USD. Des scooters défilent dans les différentes rues de la capitale, sous le slogan rejetant le communautarisme. Les manifestants dénoncent également une classe politique accusée d’avoir mené le Liban à la quasi-banqueroute financière et d’être corrompue.

Une manifestation a également lieu devant la Banque du Liban dans le quartier de Hamra, en face du Ministère de l’intérieur.

Les routes sont également bloquées à Furn el Chebak, Nahr el Mott, Jal el Dib, Zouk Mosbeh et encore à Antélias à l’aide notamment de pneus ou de poubelles enflammés.

Dans le Chouf également, plusieurs axes majeurs sont coupés à la circulation.

Au Nord du Liban, une importante manifestation a actuellement lieu devant la succursale de la Banque du Liban située à Tripoli. Les manifestants ont enflammé le portail de l’institution.

À Nabatieh, au Sud du Liban, une manifestation a lieu dans les rues de la ville, place du sérail. Plusieurs routes de la localité, fief du président de la Chambre Nabih Berri sont coupées.
Toujours au Sud du Liban, un rassemblement a lieu place Elia à Saïda.

À Baalbeck, un rassemblement a coupé les routes de la ville.

L’Armée Libanaise et les Forces de Sécurité Intérieure se déploient actuellement pour tenter de contrôler les manifestants.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français