La localité de Qaa dans l’est de la Békaa, au Liban a été une nouvelle fois endeuillée ce lundi suite avec une attaque terroriste perpétrée à l’encontre de son église de Mar Elias et des bâtiments municipaux situés à proximité.

Qaa LibanDe multiples kamikazes, pour l’heure estimés au nombre de 5, arrivés à bord de motocyclettes, se seraient ainsi fait exploser en plein coeur de la ville de 12 000 habitants. Ces explosions auraient touchés de nombreuses personnes. Pour l’heure, la Croix Rouge Libanaise fait état de 8 blessés légers.

D’autres sources signalent pour l’heure 15 victimes sans que leur état ne soit donné. Des combats entre l’Armée Libanaise et les groupes terroristes qui se seraient retranchés dans le maquis auraient actuellement lieux selon certaines sources.

Par ailleurs, des sources proches de l’Armée Libanaise ont démenti que des personnes aient été blessés dans l’opération terroriste et appellent les habitants de Qaa à se retrancher chez eux. Les régiments des commando aéroportés ratisseraient également la région à la recherche de terroristes, annonce la chaine de télévision libanaise LBCI.

Cette nouvelle attaque de la localité de Qaa, qui se trouve à proximité des frontières avec la Syrie, fait suite à une première série d’actes terroristes perpétrés ce matin, faisant 5 morts dont les 4 kamikazes et 15 blessés dont 3 membres de l’Armée Libanaise.

A plusieurs reprises, les services de renseignements occidentaux avaient indiqué que les groupes terroristes Daesh et Al Nosra planifiaient de nombreuses attaques contre les localités chrétiennes et chiites de la région de la Békaa, cela afin de provoquer des dissensions voire un débordement du conflit civil syrien au Liban. Ils avaient également brièvement occupés la localité sunnite d’Aarsal en 2014, en tentant de la transformer en véritable base arrière, à la fois pour porter des assaults contre le régime syrien et l’état libanais. Ils avaient alors kidnappés plusieurs dizaines de soldats libanais ainsi que des personnes des forces de sécurité. Alors que le groupe Al Nosra avait libéré les militaires encore en sa possession en décembre 2015, ceux de Daesh continuent à croupir dans ses geôles.

Face à ces menaces, l’Armée Libanaises avait entrepris, en coopération avec le Royaume Uni, la mise en place d’une série de fortifications visant à protéger les localités de Ras Baalbek et de Qaa ainsi que les autres localités de la région. L’institution militaire libanaise bombardait également de manière quotidienne les positions des groupes terroristes qui occupaient une partie du territoire libanais, notamment au niveau de l’arrière pays de Aarsal.