Le bureau des Nations Unis au Liban a indiqué, dans un communiqué, que l’aide internationale pour les réfugiés aurait atteint la somme de 1.9 milliards de dollars en 2016.

Toujours selon ce communiqué, 1,57 milliards auraient été accordés par des pays donateurs et 344 millions de dollars auraient été mis à disposition via les différentes organisations de l’ONU, la Banque Mondiale et différentes organisations non gouvernementales.
1,13 milliards de dollars auraient été investis dans les fonds dit Lebanon Crisis Response Plan (LCRP) constitués en soutien des autorités libanaises face à l’afflux des réfugiés syriens.

70,5% des réfugiés syriens et 30% des Libanais vivant sous le seuil de pauvreté

Le coordinateur Onusien en charge de la question au Liban, Phillipe Lazzarini a cependant regretté l’insuffisance de ces fonds incapables, selon lui, de mettre un terme à la vulnérabilité des populations syriennes et libanaises faisant face à la crise des réfugiés.
Selon ce même rapport, 70,5% des réfugiés syriens et 30% de la population libanaise vivraient en dessous du seuil de pauvreté, soit avec 3,8 dollars par jour. 10% de la population libanaise vivrait même en état d’extrême pauvreté.

Ces mêmes donateurs se seraient engagés à accorder au Liban, 1,3 milliards de dollars pour 2017.

Cette aide vise à amoindrir l’impact de la présence des réfugiés syriens présents au Liban depuis le début de la guerre civile en 2011.

1,2 millions de réfugiés syriens officiellement présents pour une population locale de 4 millions de personnes

Pour rappel, le Liban compte officiellement 1,2 millions de réfugiés syriens sur son sol selon les organisations internationales, soit l’équivalent d’un habitant sur 4. D’autres sources indiquent toutefois que 1.7 millions voir 2 millions de syriens se trouveraient actuellement au Pays des Cèdres.
À ces derniers, s’ajoute 300 000 à 400 000 palestiniens présents dans des camps répartis sur l’ensemble du territoire dont certains résideraient depuis le conflit israélo-arabe de 1948.

L’aide internationale vise notamment à permettre la scolarisation des enfants des réfugiés syriens. Un précédent rapport publié en juin 2016 par le Haut Commissariat des Nations Unis pour les réfugiés indiquait que le nombre d’enfants réfugiés syriens présents dans les écoles au Liban a augmenté de 152% au cours de ses 3 dernières années.
Selon un autre rapport publié en novembre 2014 par Médecins Sans Frontières (MSF), 27% des femmes issues des réfugiés syriens présents au Liban sont soit enceintes, soit ont donné naissances au cours des 12 derniers mois. Le rapport précise que les deux tiers de ces naissances ne sont pas planifiées.