Le Premier Ministre Libanais Saad Hariri a indiqué à une délégation du Courant du Futur venue le rencontrer à la Maison du Centre ce lundi, vouloir dévoiler nommément le nom des personnes qui l’ont « poignardé dans le dos ».

Il faisait ainsi allusion aux personnalités qui ont soutenu l’Arabie Saoudite suite à sa démission surprise du 4 novembre, et alors que nombreux au Liban accusaient Riyad de le maintenir en résidence surveillée.

« Nous sommes ici aujourd’hui pour dire à tout le monde que ce mouvement, le Mouvement Bleu, que beaucoup ont essayé d’éliminer, continue et continue parce que c’est le mouvement de la vérité et de la justice, parce qu’il met avant tout l’intérêt du pays autres intérêts secondaires. Nous n’avons aucun intérêt personnel et aucun intérêt familial, notre seul intérêt est le Liban « , a déclaré Saad Hariri qui a poursuivi en dénonçant ceux qui ont essayé d’exploiter la relation privilégiée avec l’Arabie Saoudite pour lui nuire.

« Il y a des partis politiques qui ont essayé de se trouver une place dans en me poignardant dans le dos et je vais m’occuper de ces cas, cas par cas, (…) Vous savez tous qui a essayé de nous poignarder dans le dos, alors qu’ils faisaient semblant de défier le Hezbollah et la politique de l’Iran. Ils ont attaqué le Hezbollah une fois et Saad Hariri vingt fois et ils ont prétendu qu’ils se trouvaient sur la voie de Rafik Hariri » avant de déclarer qu’il révèlera leurs noms dans une interview télévisuelle qui sera diffusée ce jeudi.

Il faisait ainsi allusion aux propos de l’ancien ministre de la Justice Ashraf Rifi et de l’ancien député Fares Souaid qui avaient soutenu l’Arabie Saoudite durant la crise politique. D’autres sources proches du Courant du Futur accusent également les Forces Libanaises d’avoir manqué à leur solidarité durant ces évènements.