La signature du contrat avec la société russe Rosneff. Au centre de l'image, le Ministre de l'énergie et des ressources hydrauliques, César Abi Khalil. Crédit Photo: Dalati & Nohra.
La signature du contrat avec la société russe Rosneff. Au centre de l'image, le Ministre de l'énergie et des ressources hydrauliques, César Abi Khalil. Crédit Photo: Dalati & Nohra.

Le géant Russe Rosneft a remporté un appel d’offre lui permettant d’exploiter les capacités de stockage en hydrocarbure du Port de Tripoli au Nord Liban et cela pour une durée de 20 ans.

Le contrat a été signé, le 26 janvier 2019, par le Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques par intérim César Abi Khalil. Il prévoit notamment la réhabilitation des installations actuelles d’une capacité de 450 000 mètres cubes dans un premier, leur expansion dans une seconde étape, pour les porter à 1.5 ou 2 millions de mètres cubes et leurs exploitations.

Le Ministre a précisé que ce projet daterait de 2010, alors que son ministère était dans les mains de son prédécesseur Gébran Bassil. Cependant, la violence entretenue à l’époque avait retardé sa mise en place.

Le PDG de la compagnie russe a confirmé la signature de ce contrat, indiquant dans un communiqué la volonté de vouloir étendre ses activités au Liban, alors que les autorités du Pays des Cèdres pourraient prochainement lancer un nouvel appel d’offre sur l’attribution de nouveaux blocs permettant l’exploration et l’exploitation de ressources hydrocarbures pouvant se trouver dans sa zone économique

Pour rappel, la Russie est déjà présente dans le domaine par l’intermédiaire de la compagnie Novatek qui participe au consortium formé avec TOTAL et ENI. Ces derniers avaient remporté l’appel d’offre pour l’atttribution des blocs pérolier 4 et 9 situés au Sud du Liban. Le Bloc 9 fait d’ailleurs l’objet d’un litige avec Israël.