La communauté internationale conditionnera toute aide financière au Liban à la mise en place d’un gouvernement réformateur, a indiqué ce mercredi le Ministre des Affaires Etrangères Français, Jean Yves le Drian, à l’issue de la réunion du groupe de soutien au Liban, réunion internationale qui s’est tenue à Paris.

Plusieurs pays dont la France, les USA, la Russie et les participants à cette conférence ont indiqué conditionner une aide économique à la formation d’un nouveau gouvernement.

À ce sujet, le Ministre des AF français a estimé que “Les Libanais se sont mobilisés depuis plusieurs semaines pour demander des réformes. Ils doivent être entendus. La situation économique du pays l’exige“.

Lire le discours de Jean Yves le Drian

Il faisait allusion aux manifestations qui se déroulent au Liban depuis la nuit du 17 au 18 octobre. Ils dénoncent une classe politique qu’ils considèrent comme corrompue et ayant amené le Pays des Cèdres à la quasi-banqueroute économique et en exigent le départ. Après avoir obtenu la démission du Premier Ministre Saad Hariri et de son gouvernement, le 29 octobre, les protestataires demandent la mise en place d’un gouvernement technocratique.

Lire le communiqué

Le communiqué du groupe des amis du Liban enfonce le clou et demande la formation d’un nouveau gouvernement donnant satisfaction aux manifestants.

Le Groupe considère que la préservation de la stabilité, de l’unité, de la sécurité, de la souveraineté, de l’indépendance politique et de l’intégrité territoriale du Liban nécessite la formation urgente d’un gouvernement efficace et crédible, capable de répondre aux aspirations exprimées par tous les Libanais qui auront la capacité et la crédibilité de fournir les services nécessaires. un ensemble de politiques substantielles de réformes économiques, et qui seront déterminées à dissocier le pays des tensions et des crises régionales. Il est urgent que le nouveau gouvernement soit en place le plus rapidement possible.
(…)
Afin de mettre un terme à la forte baisse de l’économie et du secteur financier, de restaurer la confiance dans l’économie et de faire face, de manière durable, aux défis sociaux et économiques, il est urgent d’adopter une approche substantielle, crédible et un ensemble complet de réformes économiques visant à rétablir l’équilibre budgétaire et la stabilité financière et à remédier aux déficiences structurelles durables de l’économie libanaise »
(…)
Un modèle de financement durable est nécessaire pour réduire la vulnérabilité de l’économie et sa dépendance à l’égard de financements extérieurs. Ces mesures sont de la plus haute importance pour apporter des réponses aux aspirations exprimées par le peuple libanais.

Le groupe des amis du Liban a également appelé à l’adoption d’un budget 2020, réaliste dans les premières semaines après la formation d’un nouveau gouvernement et à lutter contre la corruption et l’évasion fiscale.

Le Groupe réaffirme que les conclusions de la Conférence CEDRE, approuvées par les autorités libanaises le 6 avril 2018, sont toujours valables et son engagement à soutenir «un Liban dans des réformes dans la mise en œuvre d’un ensemble d’actions aussi complet, y compris par le biais d’une assistance technique à un nouveau gouvernement, et de garantir l’accès du Liban aux biens de base et aux facilités commerciales, comme le prévoit actuellement les programmes de facilitation des échanges, pour préserver les moyens de subsistance de la population et la résilience économique. »

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.