La Région Ile-de-France est particulièrement préoccupée par la crise économique et sociale au Liban, aggravée par la double explosion du 4 août. Dans ce contexte, Valérie Pécresse a souhaité renforcer la coopération historique qui unit la Région Île-de-France et Beyrouth, pour l’orienter sur l’éducation et la francophonie.

La pérennité de l’éducation francophone, modèle d’excellence et relai de la présence française au Liban, se retrouve en effet fortement menacée par la crise économique et sociale actuelle dans la mesure où de nombreux libanais ne parviennent plus à assumer les frais de scolarité.

Face à ce défi, la Région proposera à sa commission permanente de septembre de voter une aide exceptionnelle de 350.000 euros aux écoles et universités francophones du Grand Beyrouth, qui se déclinera de la manière suivante :

  • 150.000 euros sous forme d’aides à la scolarité pour six écoles francophones scolarisant plus de 2 200 élèves (Collège de la Sagesse, section Saint-Roch ; Ecole St Georges Maronite ; Ecole Saint-Maxime ; Lycée Notre Dame du perpétuel secours ; Ecole des Sœurs du Rosaire, Collège Hripsimiantz). 
  • 200.000 euros sous forme de bourses d’étude pour les deux universités francophones emblématiques de Beyrouth : l’Université Saint-Joseph et l’Ecole Supérieure des Affaires.

À la suite de la double explosion du 4 août dernier, la Région a décidé d’attribuer en urgence une aide exceptionnelle de 300.000 euros à la Croix Rouge, afin de reconstruire deux banques du sang à Beyrouth qui ont été détruites. Partenaire de la ville de Beyrouth depuis plus de vingt ans, la Région Ile-de-France souhaite  inscrire son soutien dans la durée, afin d’aider les libanais à reconstruire leur capitale, dans un contexte économique, social et politique marqué par de profondes difficultés. Avec Patrick Karam, Vice-Président de la Région, Valérie Pécresse a décidé de créer le « Collectif d’élus engagés pour la reconstruction de Beyrouth », afin d’inviter les élus locaux de toutes tendances politiques à contribuer à  l’effort de solidarité pour le Liban. 130 maires d’Ile-de-France ont déjà répondu à l’appel et soutiendront dans ce cadre  les projets portés par ACTED, ONG implantée au Liban depuis de nombreuses années et spécialisée dans l’intervention per et post-crise. 

Trois volets d’actions complémentaires pour la reconstruction de la ville de Beyrouth seront mis en œuvre :

  1. Un volet santé, tout d’abord, afin de contribuer à la réhabilitation de l’hôpital public de la Quarantina, quartier le plus touché par l’explosion du 4 août dernier.

2.      Un volet patrimonial, ensuite, avec la réhabilitation d’une partie du patrimoine historique de Beyrouth, fortement endommagé.

–       Réhabilitation de la voie publique à Gemmayze et de son cœur historique, à l’intersection Gouraud – St Nicolas;

–       Rénovation de bâtiments patrimoniaux fortement endommagés dans le quartier de Gemmayze.

  1. Un volet social, enfin, pour la reconstruction de logements des ménages vulnérables soufflés par l’explosion et situés dans les quartiers de Quarantina, Mar Mikhael et Gemmayze.

Enfin la ville de Beyrouth a bénéficié, comme tous les partenaires de la Région, d’une dotation de 100 000 masques en juillet dernier.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.