Scène surréaliste aujourd’hui à Beyrouth en face du Ministère de l’Education

Moins d'une minute de lecture

Une vingtaine de professeurs universitaires proteste contre le retard dans le dossier de titularisation. En effet, ils sont nombreux à bosser des années dans cette université nationale sans jamais devenir “cadrés”. Contrats annuels changeants, paiements tardifs et aucune sécurité sociale sont leur menu amer.

Aujourd’hui, ces détenteurs des diplômes les plus prestigieux n’ont pas eu la permission de parler au ministre de l’éducation. De plus, des gendarmes ont été déployés comme s’il s’agissait de vulgaires malfaiteurs. Si la honte existe, la voilà!

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.