Le Jeudi dernier, sous le patronage du Ministre de l’Intérieur et des Municipalités M. Nouhad Machnouk, représenté par le général Mounir Chaaban et avec La chef de la Délégation de l’Union européenne à Beyrouth, Christina Lassen, le Centre Restart a inauguré ses nouveaux locaux « Bridge » un centre médical de réadaptation dans la prison de Tripoli.

 Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du projet financé par l’Union européenne “Appui à une réforme pénitentiaire globale au Liban”.

Plus tard le même jour, sous le patronage et avec la participation de son Excellence le Ministre de la Justice Salim Jreissaty et toujours la chef de la Délégation de l’Union européenne à Beyrouth, Christina Lassen, le Centre Restart a également inauguré une unité de médecine légale et psychologique, dans laquelle les détenus peuvent se faire examiner par un médecin légiste et un psychologue, et où des cas de torture peuvent être rapportés. Ce département a été créée dans le cadre du projet financé par l’Union européenne intitulé « Action commune pour une poursuite efficace contre la torture et engagement renforcé pour la prévention des crimes intrinsèques au Liban ».

Des représentants des forces de sécurité internes, des forces générales de sécurité, de l’armée libanaise, des ambassades, des représentants des délégations de l’UE, des ministres, des juges, des avocats, des médecins, des hôpitaux, des ONG, des associations internationales et nationales et d’autres parties prenantes ont assisté à l’événement.

L’Union européenne soutient le Centre Restart pour améliorer la situation des prisons libanaises et rapprocher ses conditions de gestion et de détention des normes internationales et des obligations en matière de droits de l’homme et prévenir les pratiques de torture au Liban. Cela se fait grâce à la promotion d’un changement social positif, à une responsabilisation publique accrue ainsi qu’à l’accès à la justice.

L’objectif des projets de l’Union européenne et du Centre Restart est d’assurer des conditions de détention sûres et décentes dans les prisons libanaises, l’accès aux services de base et l’amélioration des poursuites judiciaires contre la torture et les mauvais traitements infligés aux personnes privées de liberté.

Le Centre Restart pour la réhabilitation des victimes de la violence et de la torture est une organisation non gouvernementale (ONG) active dans le domaine des droits humains ; En particulier, les droits à la réadaptation et à la prévention contre la torture.

La création du Centre Restart en 1996 a émergé de la nécessité de reconstruire la vie des survivants de la torture et des traumatismes au Liban et de rétablir les humiliations subies par la victime, dont les offenses contre sa dignité personnelle, sa santé physique mais aussi mentale et son autosuffisance, surtout que ces éléments ne peuvent pas être entièrement récupérées sans une réhabilitation adéquate, efficace et complète.

Depuis 1996 jusqu’à ce jour, le Centre Restart garantit une identification efficace et l’accès à la réadaptation pour toutes les victimes de torture et de mauvais traitements tout grâce à des services de santé, de réadaptation psychologique, sociale et physique ainsi que de services juridiques aux victimes de la torture, et les victimes de traumatismes de guerre et leurs familles.

Le Centre Restart a même renforcé ses activités pour aider les enfants vulnérables et traumatisés, les enfants ayant des besoins spéciaux, mais aussi les détenus, et les réfugiés. Les interventions conçoivent une assistance directe au renforcement des capacités et des plaidoyers auprès d’entités gouvernementales et non gouvernementales, soutenues par divers partenaires et donateurs.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.