Le point de passage de Masnaa à la frontière entre le Liban et Israël. Crédit Photo: Libnanews.com
Majdal Aanjar

Une première depuis presqu’une décennie, un ministre libanais, celui des travaux publics et des transports, Ali Hamieh, a été officiellement mandaté par le conseil des ministres pour entrer en communication avec son homologue du côté des autorités syriennes.

Il s’agira de régler les dossiers communs entre les 2 pays, notamment concernant les points de passage illégaux, cela conformément aussi aux remarques du ministre des affaires étrangères Abdallah Bou Habib diffusées hier par la chaine de télévision Al Jadeed.

Les relations syro-libanaises semblent aujourd’hui se réchauffer – y compris auprès de l’opposition anti-syrienne présente au Liban qui est silencieuse à ce sujet – après que ce pays ait accepté de réactiver sa portion du fameux gazoduc arabe censé fournir la centrale électrique de Deir el Ammar au Nord du Liban en gaz en provenance d’Egypte, cela sur proposition des Etats-Unis. Washington pourrait également offrir à Beyrouth, un waiver, c’est à dire une exemption des sanctions prévues dans le cadre de CEASAR Act.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.