Un Musée d’Art et d’Histoire du Liban à l’ancienne gare de Beyrouth

89

Beyrouth 2019.  Au cœur du quartier Mar Mikhaël, l’ancienne gare ferroviaire de Beyrouth n’est plus un vaste terrain laissé en friche avec des carcasses de wagons s’étiolant depuis plus d’un siècle, mais elle est reconvertie en un Musée des Arts et de l’Histoire Libanaise abrité dans une locomotive titanesque dont chaque wagon héberge une décennie ou un demi-siècle d’Histoire raconté par une série de toiles. 

Le rêve de fonder un Musée des Arts et de l’Histoire au Liban a finalement vu le jour : ainsi, le grand public libanais et étranger pourrait apprendre l’Histoire du pays par le moyen de l’Art, puisque nos politicards, avant la révolution des ordures, ne s’étaient toujours pas mis d’accord sur un manuel scolaire d’Histoire.

En raison des circonstances présentes marinant le pays dans une crise d’ordures, nous allons monter dans la voiture consacrée aux décennies 1990-2015, réservée à la classe politique d’alors, la même pendant un quart de siècle, et responsable directement et indirectement de décennies de corruptions et de délits à la pelle. Ce wagon est désignée par Poubelle de l’Histoire – actualités obligent, c’est en fin de compte les ordures qui ont engendré une révolution au pays des cèdres. Il est agrémenté de tableaux exécutés par le moyen de la peinture à l’huile sur toile, affichant les portraits de ceux qui ne font désormais plus l’actualité en 2019, mais l’Histoire.

Avant de partir à la découverte de ces personnages, il est utile de rappeler que ceci n’est pas un article de presse ou de blog ; ceci est un petit souhait formulé mêlée à un brin de légèreté, une petite bouteille d’eau jetée à la mer avec un sourire…

(P.S. un peu d’humour et de rêveries ne font pas de mal dans ces circonstances ; nous comptons sur votre largesse d’esprit.)

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais dont elle est actuellement présidente. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/

2 Commentaires

Comments are closed.