Vue aérienne de la montagne d'ordures de Bourj Hammoud, avant sa réhabilitation. Photographie prise le 22 janvier 2016. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservés.

Le ministre de l’environnement Nasser Yassine a annoncé, via son compte Twitter, la conclusion d’un accord entre les sociétés de ramassage des ordures, le Conseil de Développement et de Reconstruction et la municipalité de Beyrouth en vue de reprendre la collecte des déchets. Pour l’heure, aucune précision n’a été donnée si cet accord concerne également le Mont Liban.

Il s’agirait, selon le ministre de réajuster les termes du contrat pour prendre en considération les ajustements nécessaires des salaires – décrit par lui comme un droit – et du coût des carburants.

Nasser Yassine a également annoncé que ses services oeuvrent pour trouver une solution durable “basée sur les principes de la gestion intégrée des déchets, l’adoption de l’atténuation à la source, l’application de la décentralisation et de l’intégrité dans la gestion du secteur”, notant que certaines installations ont été détruites suite à l’explosion du port de Beyrouth.

Pour rappel, les sociétés de distribution Ramco et CityBlue opération au Mont Liban et à Beyrouth avaient annoncé cesser le ramassage des ordures, il y a quelques jours, réclamant un amendement de leurs contrats. Le mois dernier, la société Ramco avait déjà indiqué que les coûts opérationnels auraient augmenté de 1200% notamment en raison de la hausse du prix du fioul et les salaires de 500% alors que même la municipalité de Beyrouth serait en retard de paiement de plusieurs mois, officiellement en raison de soucis administratifs.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.