Arabie Saoudite: Le Roi est Mort, Vive le Roi

0
4 minutes à lire

Le défun roi d’Arabie Saoudite, Abdallah ben Abdelaziz al Saoud à l’occasion de sa rencontre avec l’ancien premier ministre libanais Saad Hariri à Beyrouth en 2010.

Le décès à 90 ans du Roi Abdallah d’Arabie Saoudite a été annoncée à 1h du matin par la télévision publique saoudite.  De son nom complet Abdallah Ben Abdelaziz al Saoud, né le 1er aout 1924 à Ryad, était considéré comme faisant parti de l’aile modérée de la dynastie régnante, favorable notamment au dialogue inter-religieux, il sera le premier monarque saoudien à être reçu par le Pape Benoit XVI en 2007.

Prince héritier depuis 1982 du Roi Fahd, décédé le 1er aout 2005, et officiellement nommé régent depuis 1996, ce dernier se considérant désormais incapable de gérer les affaires du Pays en raison de son état de santé, Abdallah d’Arabie Saoudite s’était très tôt impliqué dans les affaires internationales, étant par exemple l’un des principaux architectes des Accords de Taëf signé en 1989 dans la ville du même nom, permettant la fin de la guerre civile libanaise et confirmant la mainmise syro-saoudienne au Pays des Cèdres. Ce partage d’influence sera cependant remis en cause lors de l’assassinat du premier ministre Rafic Hariri dont on peut le considéré comme proche, le 14 février 2005, assassinat imputé au régime syrien en raison de son refus à voir prolonger le mandat du Président de la République d’alors, Emile Lahoud. Le fils de l’ancien premier ministre assassiné, Saad Hariri, appelle d’ailleurs la population libanaise au deuil, ayant à plusieurs reprises même indiqué avoir été considéré par le souverain défunt comme un de ses propres fils. Le Roi Abdallah s’était cependant rendu à Beyrouth en 2010 à l’occasion d’un sommet regroupant également l’Emir du Qatar Hamad ben khalifa al Thani et le Président Syrien Bachar el Assad.

Dernièrement, le souverain saoudien a annoncé une aide financière à l’Armée Libanaise en vue de procéder à sa modernisation. L’aide se compose d’une part d’un don de 3 milliards de Dollars destiné à l’achat et à l’entrainement de l’institution militaire auprès de la France et d’une deuxième partie d’un milliards de dollars laissée à la discrétion des autorités libanaises.

Ce décès intervient à un moment ou l’Arabie Saoudite fait face à plusieurs défis, d’une part le pays connait une vague de revendication importante dans les domaines des droits des femmes, notamment dans le droit à conduire, mais également au niveau des enjeux régionaux, avec la montée de l’Etat Islamique en Syrie et en Irak, avec dernièrement une escarmouche avec ces derniers aux frontières nord, avec comme bilan, le décès de 4 gardes frontière dont un général et aussi au Sud, le Royaume étant confronté à l’échec de ses alliés au Yémen et la perte du pouvoir à Sanaa au profit des rebelles Houtis soutenus par l’Iran.Toujours au niveau régional, l’Arabie Saoudite a été concurrencé par l’état du Qatar dans sa zone d’influence à savoir déjà par le soutien de l’Emirat aux Frères Islamiques au pouvoir en Jordanie et une lutte d’influence auprès des mouvements rebelles syriens face au régime de Bachar el Assad, de nombreuses informations indiquant même que les 2 états fournissaient des armes aux mouvements qu’ils soutiennent.

Le Nouveau Roi d’Arabie Saoudite, Salman

Au niveau international, le défunt Roi a poursuivi la politique de son prédécesseur au niveau du processus de paix Israélo-arabe, en soutenant l’initiative du sommet de la Ligue Arabe de 2002 à Beyrouth du Roi Faycal, intitulée Territoires contre Paix. Il est allé jusqu’à menacer de retirer cette initiative lors des différentes opérations militaires israéliennes. Enfin, l’ouverture de négociations entre Téhéran et les USA faisait craindre à Ryad une marginalisation de son influence auprès de Washington, certains analyses estimant même que la baisse du prix du pétrole et le refus de l’Arabie Saoudite de limiter sa production pétrolière, serait une tentative de nuire aux finances de l’Iran.

A Abdallah d’Arabie Saoudite, succède son demi-frère Salman âgé de 75 ans et considéré comme plus conservateur qui devra faire face à ces différents dossiers laissés par son prédécesseur.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.